Retour sur le stage de Léo Tamaki à Albi, le 27, 28 et 29 septembre 2013

Lorsque l’on pratique, des rencontres se font, des amitiés naissent et c’est toujours agréable de pouvoir se retrouver pour partager notre passion. C’est donc tout naturellement qu’avec deux autres élèves du Kishinkaï Aïkido, Marie Laure et Marie, nous nous sommes rendus au stage de Léo Tamaki organisé par Simon Pujol à Albi.

Marie Laure, photo de Thomas Taragon

Marie Laure, photo de Thomas Taragon

Marie, photo de Thomas Taragon

Marie, photo de Thomas Taragon

 

Une nuit à l’aeroport

L’aventure a commencé vendredi soir à 19h30. Malheureusement, je n’ai pus me rendre au stage que le lendemain matin. Le début du weekend fut beaucoup moins joyeux pour ma part.

Après une semaine cloué au lit par un état grippal, obligé d’assurer mes cours après plusieurs nuits blanches, je me rendis vendredi soir à l’aéroport pour y passer la nuit. Pensant au départ devoir dormir devant les portes d’Orly, je m’apprêtais donc à partir affronter la nuit urbaine avec une certaine appréhension. Bien que dormir en nature ne me pose aucuns soucis, l’idée d’une nuit dehors, dans la banlieue Parisienne m’enchante beaucoup moins. Bien déterminé à ne pas manquer l’événement, je pris le RER B aux alentours de 22h15.

aerogare-orly-ouest2

Une fois sur place, je me suis empressé  de trouver un agent pour savoir s’il était possible de squatter une chaise pour la nuit. La réponse fut positive ! Par chance j’étais arrivé 5min avant que les portes ne ferment.

Je vous laisse imaginer ma joie lorsque j’ai entendu « oui monsieur, il n’y a pas de soucis ». C’était sans me douter une seconde de la nuit qui m’attendait.

23h je me trouve une chaise, à l’écart des quelques personnes présentes, afin de pouvoir dormir quelques heures. Le soulagement se fait sentir. Je m’organise donc pour m’assoupir par-dessus une rangée de sièges avec accoudoirs…. Quelle idée franchement, des accoudoirs…

838909-1027868

Ayant mis mon sac au milieu d’un siège pour caler mes lombaires puis mis un pull sur l’accoudoir d’à côté, pour y déposer ma tête, j’installais mes jambes à l’opposé. Loin d’être aussi confortable qu’un lit de paille, cela devait suffire pour la nuit!

Après installation dans une position semi-confortable, ou presque, je fermais les yeux, lorsqu’une femme d’une quarantaine d’années eu la bonne idée de venir s’assoir à quelques mètres de ma tête.

Faisant mine de dormir, elle commença à chercher une posture pour dormir à son tour. Par malchance elle choisit un des seuls sièges qui grinçait. Le cinéma dura une bonne heure lorsqu’enfin le bruit cessa.

Il était temps pour moi de rejoindre le monde des rêves, avant de prendre mon vol, en direction de la ville rose. Mais comme tout bon film, il reste une partie cachée, la chute de l’histoire n’avait pas encore eu lieu!

15min plus tard, un bruit de fond similaire à celui d’un bulldozeur retentit. Surpris par le bruit, j’ouvris les yeux.  Une vision d’effroi s’offrit à moi ! La femme venait de s’endormir profondément, laissant échapper de sa bouche un ronflement d’une rare intensité, maculé par un filet de bave glissant délicatement le long de son cou…

Le temps de me décidait à changer de place, le monde commençait à affluer dans l’enceinte de l’aéroport. L’embarquement n’allait pas tarder à débuter.

Direction Albi :-)

Direction Albi 🙂

 

8 heures de sommeil en 3 jours, mais le déplacement en valait le peine !

Ce fut une cinquantaine de pratiquants qui se déplacèrent pour l’occasion. Du Goshinkaï, au MMA, Jujitsu, Yoseikan Budo, en passant par l’Aïkido, le panel de disciplines présentes fut à l’origine d’un moment particulier et privilégié. Privilégié car c’est dans les différences que l’on s’enrichit. C’est un moment où la pratique de chacun se mêle pour progresser ensemble tant techniquement qu’humainement..

Simon Pujuol, photo de Thomas Taragon

Simon, photo de Thomas Taragon

Ce fut l’un des meilleurs stages auquel j’ai pu assister. Le genre de stage, où lorsque la fin arrive on regarde les minutes défiler en se disant « mince c’est bientôt la fin, je serais bien resté plus longtemps :-/ ».

Le stage fut organisé avec brio par Simon Pujol avec l’aide de Sylvain, Stéphane, Ivan et leurs élèves. Des enseignants dont la qualité se mesure par l’atmosphère qui règne au sein de leur dojo. L’ambiance est certainement l’une des choses les plus importantes dans un dojo. Elle est une des clés de l’apprentissage et souvent le reflet de l’enseignant.  J’avoue avoir été surpris par la progression de chacun depuis l’an dernier, ce qui ne gâcha pas le plaisir!

Sylvain,  photo de Thomas Taragon

Sylvain, photo de Thomas Taragon

Stéphane, photo de Thomas Taragon

Stéphane, photo de Thomas Taragon

Cet été j’ai eu l’occasion de rencontrer Simon, un pratiquant d’Aïkido de Grenoble, dont vous pourrez retrouver le CR technique du stage ici. Ce fut une bonne surprise de le voir présent parmi nous. Il fait partie de ces pratiquants qui arrivent à mettre de côté leur savoir pour pouvoir s’imprégner du travail d’un enseignant, avec qui il devient très intéressant de pratiquer. Je crains que d’ici quelques années, à force de voir tous ces Simon doués en stage, il y ait une explosion de la natalité de « Simon » dans le monde des arts martiaux en France… –‘

Simon de Grenoble, photo de Thomas Taragon

Simon de Grenoble, photo de Thomas Taragon

Respect et tradition

Malgré la diversité des pratiquants, chacun fit l’effort d’adopter les coutumes japonaises liées à l’Aïkido : de l’étiquette, à l’état d’esprit.

Alors ce fut à notre tour! Entre l’assiette d’aligot du midi et le bar Irlandais du soir, il est de coutume chez les pratiquants albigeois de faire une photo fun et décalée à chaque fin de stage. Tradition à laquelle nous avons à notre tour adhéré^^

Photo de Thomas Taragon

Photo de Thomas Taragon

Photo de Thomas Taragon

Photo de Thomas Taragon

1374293_10201520291703683_1649717598_n

Merci à l’équipe du Goshinkaï pour l’organisation, l’accueil,  ainsi qu’aux participants et Thomas Taragon pour les photos.

603925_10151941156803245_55835201_n

Photo de Thomas Taragon

1237364_10151942013813245_1176340397_o

Photo de Thomas Taragon

1375921_10151941156333245_578284885_n

Photo de Thomas Taragon

1380007_10151941160863245_877546722_n

Photo de Thomas Taragon

1383149_10151941158963245_1666307066_n

Photo de Thomas Taragon

Photos de Thomas Taragon

Photos de Thomas Taragon

1385379_10151941155973245_1974159756_n

Photo de Thomas Taragon

1383149_10151941158963245_1666307066_n

Photo de Thomas Taragon

1382333_10151941155963245_23352787_n

Photo de Thomas Taragon

1378185_10151941155813245_1580162763_n

Photo de Thomas Taragon

1269806_10151942032203245_1253939731_o

Photo de Thomas Taragon

Photo de Thomas Taragon

Photo de Thomas Taragon

Publicités

6 réflexions sur “Retour sur le stage de Léo Tamaki à Albi, le 27, 28 et 29 septembre 2013

  1. La surprise était partagée et c’est une chance pour nous autres pratiquants de retrouver les élèves de Léo pendant les stages!
    A bientôt,
    Simon (de Grenoble)

    • Salut Simon,

      On essaie de le suivre dès qu’on peut, ça nous permet de travailler avec des personnes venant d’autres styles de pratiques et partager un peu de ce que l’on pense avoir compris de l’enseignement de Léo 🙂 Bienvenue dans le groupe d’élèves qui suivent Léo régulièrement ^^

      A bientôt,
      Amicalement

      Alex

  2. Un compte rendu est’il prévu pour le stage de 2014.
    J’y était ( le grand de Limoges ) et j’ai bien aimé l’ambiance et l’organisation. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s