Minoru Mochizuki, un samouraï des temps modernes

10ème Dan IMAF d’Aïkido

9ème Dan de Jujitsu

8ème Dan de Judo

8ème Dan de Iaïdo

8ème Dan de Katori Shinto Ryu

5ème Dan de Karaté

5ème Dan de Kendo

Minoru Mochizuki était le petit fils du dernier descendant d’une lignée de samouraï. Persuadé que les arts martiaux sont dénaturés par les dérives des Kakutogi, il consacra sa vie à rechercher l’essence de la tradition martiale japonaise au travers de sa pratique.

Il naît le 7 avril 1907 à Shizuoka et commencera l’étude du Judo dès l’âge de 5 ans, à Tokyo.

En 1926, il s’inscrit au Kodokan, le Centre Mondial du Judo de Jigoro Kano sensei. Alors âgé de 19 ans, il obtiendra, peu de temps après ses début, le 1er dan et sera reçu au 2ème dan de Judo, en janvier 1927.

Minoru Mochizuki

Il participera régulièrement au Kangeiko (entraînement d’hiver qui dure trente jours, se déroulant dans des conditions difficiles), et au Shyochugeiko (entraînement d’été de même durée et intensité). Par la suite, il sera invité chez Kyuzo Mifune sensei en qualité d’assistant.

Avec l’appui de Jigoro Kano, Minoru Mochizuki devient membre du Kobudo Kenkyukai, une organisation constituée au sein du Kodokan pour l’étude des arts martiaux classiques. Il y étudiera le Katori Shinto Ryu auprès d’un groupe de Shihan venant enseigner au Kodokan, le Kendo, le Gyokushin Ryu Ju Jutsu ainsi que le Iaido auprès de Hakudo Nakayama sensei.

Il sera également choisi par Jigoro Kano pour aller étudier l’Aikijujutsu avec Morihei Ueshiba sensei (dont il deviendra Uchi Deshi), et le Shindo Muso Ryu Jo Jutsu auprès de Koji Shimizu sensei.

Ueshiba Senseï et Mochizuki Senseï

Quelque temps après, il tombe malade. Soufrant d’une pleurésie et d’une tuberculose pulmonaire, il rentre à l’hôpital de Shizuoka, où il restera pendant 4 mois.

A sa sortie, en 1931, il ouvre sa propre salle, qu’il nomme YOSEIKAN DOJO.

Yoseika Dojo, à Shizuoka

En 1938, lors de la guerre sino-japonaise, Minoru s’installe avec sa famille en Mongolie pour une durée de 8ans, où il étudiera le Karaté. C’est à l’issu de cette expérience que le  Kata Happoken trouvera sa source.

Après huit années passées en Mongolie, il rentre au Japon, où lui sera décerné le 6ème dan de Judo. A son retour, Ueshiba sensei n’utilise plus le terme d’Aïkibudo pour désigner son art mais celui d’Aïkido. Mochizuki Senseï nomme donc son art Aïkido Jujutsu.

En 1951, il part pour la France enseigner le Judo et l’Aïkido. Ce fut le premier pionnier qui enseigna cet art en Europe.

Minoru est le créateur d’un système d’art martial composite, qui inclut des éléments de Judo, d’Aïkido, de Karaté et de Kobudo. Il fut notamment l’auteur, en 1978, d’un Livre intitulé: Nihonden Jujutsu.

En 2000, Minoru Mochizuki transmet officiellement la direction du dojo Yoseikan et des pratiques qui y sont enseignées, à son fils Hiroo Mochizuki.

Minoru Mochizuki et son fils Hiroo Mochizuki

Dans les dernières années de sa vie, Minoru Mochizuki partit pour la France, vivre avec son fils.

Malgré les désagréments dû à la vieillesse, il pratiqua sa passion jusqu’à la fin de sa vie. Il décède le 30 mai 2003 à Aix-en-Provence entouré de son fils Hiroo et de ses petits enfants.

Publicités

Une réflexion sur “Minoru Mochizuki, un samouraï des temps modernes

  1. Pingback: Interview de Minoru Mochizuki, 1ère partie | Budo Musha Shugyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s