Yashima Magazine: Ishiki 意識 – la conscience

L’étude des arts martiaux offre un large champ d’expériences source de développement personnel et collectif. À travers ce panel, ils nous amène à explorer notre corps, ses possibilités, ses défauts, ses besoins, mais permet également d’agir sur nos interactions quotidiennes en développant notre conscience intérieure et extérieure.

Pour ce nouveau numéro de Yashima, paru en décembre dernier, c’est le sujet passionnant de la conscience qu’il nous a semblé intéressant de vous proposer.

Photo de Hélène Rasse

Ishiki 意識, la conscience

Les arts martiaux japonais contemporains se sont développés en s’appuyant sur les expériences personnelles d’adeptes, mais aussi des sources communes tels que les traités militaires de la Chine ancienne, les écrits Miyamoto Musashi, Yagyū Munenori ou encore Takuan Sōhō pour n’en citer que quelques-uns.

L’étude de ces textes révèle une évolution des préoccupations, allant du pragmatique au métaphysique. Sous l’influence du zen se posent la question du lien entre la vie et la mort, de notre rapport à nous-mêmes et au monde qui nous entoure. La notion de conscience, notre faculté à discerner le bien du mal, s’installe ainsi progressivement et donne une profondeur nouvelle aux arts martiaux. La recherche de victoire sur autrui laisse alors place à une recherche de développement spirituel.

Ishiki, par Pascal Krieger

LA CONSCIENCE: UNE NOTION, DE MULTIPLES FACETTES

La conscience, ishiki 意識, est intimement liée aux notions d’intention, de volonté, i 意, et intègre également l’idée de la connaissance, du savoir, shiki 識. Mais ishiki est bien plus qu’une simple question de moralité.

À travers une pratique mettant à l’épreuve le corps et l’esprit, les traditions martiales développent ishiki, la conscience de :

– notre existence,

– nos états d’esprit et de corps,

– notre corps dans l’espace,

– notre vie intérieure, nos schémas de pensée,

– …

Ishiki c’est apprivoiser nos réactions et émotions. C’est la qualité de nos interactions avec un monde en mouvement constant. Et la pratique des arts martiaux a le potentiel de nous permettre de développer cette conscience intérieure et extérieure.

Mais quelle place donnons-nous réellement au développement de la conscience dans notre pratique ? Nécessite-t-il une recherche spécifique, ou est-il intégré dans chaque étape de la formation du pratiquant ? Autant de questions cruciales pour lesquelles quatre experts nous donnent de précieuses pistes de réflexions.

Abonnez-vous au premier magazine sur la Culture et les Arts martiaux japonais!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s