Les 24h du samouraï, l’aventure du budoka en action

Les traditions martiales, quelles que soient leurs origines, ont vu le jour à travers le prisme de la nécessité au service de la communauté, de la cité, pour parvenir jusqu’à nos jours tels que nous les connaissons.

Bien sûr, selon leurs spécificités, nous les retrouvons sous une multitude de formes qui offrent un large panel de possibles permettant à quiconque de trouver une voie de prédilection en accord avec ses aspirations. Sources d’enseignement pour ceux qui se plongent un tant soit peu dans les principes qu’elles proposent d’explorer, elles relèvent toutefois une bien autre dimension lorsqu’elles sont associées.

Durant mon parcours j’ai la chance de pouvoir suivre et approfondir l’enseignement de plusieurs écoles. Du Judo en passant par la Boxe Française, le Yoseikan Budo, l’Aïkido, ou encore le Shinbukan Kuroda Ryugi, ce n’est que bien plus tard que j’ai pris conscience de la richesse de ce melting-pot. Mon constat d’aujourd’hui est finalement que ce brassage culturel est une source indéniable de progrès, d’enrichissements personnels et collectifs.

C’est l’un des nombreux éléments que vous propose de vivre les 24h du samurai.

L’exemple du passé au service du futur

Au regard du parcours éclectique de nombres de maîtres du passé, il semble presque évident que la somme d’expériences qu’ils acquirent, au contact d’adeptes d’horizons et compétences différentes, fut la clé de voûte des incroyables compétences qu’ont leur prêtes et qu’ils développèrent au fil du temps : Myamoto Musashi, Yagyu Munenori, Mochizuki Minoru, Ueshiba Morihei, Nakayama Hakudo, pour ne citer qu’eux.

Et, si le contexte d’époque induisit que chaque école développa un savoir caché accessible aux plus fidèles et investis, que les échanges eurent parfois lieu dans la plus grande discrétion, j’aime à croire que nombres d’entre eux auraient été plus qu’enthousiasmés de pouvoir vivre des moments uniques de réunion et de partage de leurs connaissances.

Animés par un besoin insatiable de perfectionnement, d’amélioration, de découverte, ils étaient des pratiquants et chercheurs avant tout. Pour ainsi dire, ils n’étaient pas si éloignés de ces grands aventuriers qui partirent explorer les moindres recoins du globe, jusqu’aux confins inexplorés, à la différence près que leur objet d’étude fut celui du corps, premier vecteur de notre rapport au monde.

À travers la venue exceptionnelle de 16 experts, les 24h du samouraï est l’occasion de vivre en action un condensé de cette richesse qui anima les recherches des samouraï et maîtres du passé. Une occasion unique de découverte, de rencontre et d’approfondissement.

Jaff Raji nous fera l’honneur d’être présent lors des 24h du samouraï, photos d’Hélène Rasse

Le véritable budoka est un aventurier

Repousser ses limites, défier l’impensable pour atteindre l’impossible… voilà bien l’une des caractéristiques de l’homme. Sa soif d’aventure et de découverte, semblant s’imposer comme une inscription génétique inéluctable, lui permit de marquer l’histoire par ses conquêtes et son développement. De tout temps, il n’a cessé de se mesurer, de transcender les codes et d’explorer. De cette incroyable odyssée, il nous reste aujourd’hui de nombreuses empreintes et autres vestiges que nous ne cessons de redécouvrir, de faire remonter à la surface et d’entretenir comme la marque d’un passé prestigieux.

Les pratiques martiales font partie de cet héritage culturel et il n’appartient qu’à nous d’en explorez les abysses pour en tirer des bénéfices au risque d’en faire des ersatz préhistoriques.

En outre, à l’image du samouraï et autres explorateurs, je crois intimement que chaque budoka est un aventurier.

Les raisons qui nous poussent à entrer dans un dojo restent évidemment multiples, pour autant nous poursuivons généralement parce que ces traditions nous poussent à la rencontre de nous-même, de notre corps, de nos peurs, de l’autre mais également de notre passé et de nos prédécesseurs à travers l’héritage qu’ils nous ont légué.

Durant 24h ce ne sont pas moins de 16 cessions d’1h15, espacés d’un quart d’heure de pause, pour récupérer et se restaurer, qui se succèderont. À travers son programme et l’expertise de ses intervenants, les 24h du samouraï sont une ode à l’aventure, l’exploration, et la rencontre de soi, de l’autre.

 

Shinya Tsuchida animera deux cours exceptionnels de Kudo. Photo par Stéphane Remael, pour Yashima 

Un événement imaginé et réalisé par des passionnés pour des passionnés

Naturellement, lorsque Léo m’a proposé de faire partie de l’aventure, j’ai rapidement accepté. L’idée même de participer à un projet rassemblant de nombreux experts et pratiquants venus de tous les horizons ne pouvait laisser insensible.

Pour ce faire, une équipe de passionnés, travaillant d’arrache-pied depuis plusieurs semaines, s’est rassemblé autour de ce projet pour vous permettre de vivre une expérience unique.

Bien sûr, les stages multidisciplines ne sont pas rares et même courant dans l’hexagone. Pour autant, rare sont ceux vous permettant d’établir un programme individualisé pour en tirer les meilleurs bénéfices pour votre pratique quotidienne.

Pour ce faire :

– à chaque intervention vous aurez la possibilité de choisir entre un cours In et un cours Yo. Le choix vous appartient dans la construction de votre parcours en mêlant alternativement les deux ou non. Vous permettre de laisser libre cours à vos envies est pour nous la marque d’un moment unique pour tous autour d’un évènement commun.

vous pourrez relever le défi de pratiquer 12, 18 ou 24h seul, ou à plusieurs, sous formes de relai. Toutefois, rien d’obligatoire à cela. Chacun sera libre de pouvoir se fixer, ou non, les objectifs qu’il souhaite remplir durant ses 24h,

– sur l’ensemble du weekend, un village sera mis à votre disposition où il vous sera possible de vous restaurer avec les experts et autres pratiquants. Un moment de convivialité qu’il nous a paru important de mettre en place pour vous permettre de profiter du weekend dans tous ses aspects. Différents menus (nourritures – boissons) seront mis à votre disposition afin que tout le monde y trouve son compte,

une zone annexe de repos, au sein d’un dojo de 300m², vous permettra de vous reposer en temps voulu,

– pour votre bien-être, vous aurez également la chance d’avoir à vos côtés plusieurs thérapeutes de l’École Normande de Thérapie Shiatsu, qui vous accompagneront bénévolement tout au long des 24h.

Tevi Say réprésentera le MMA lors des 24h du samouraï

Le jour J : 24h en action

L’ouverture des portes aura lieu à 11h30 et la cérémonie d’ouverture aura lieu à 12h40. 20 min plus tard, à 13h, les cours débuteront.

Conseil : nous vous conseillons de vous rendre sur place dès 11h30 muni de votre réservation afin de checker votre réservation à l’accueil.

Jusqu’au lendemain, 13h, les cours se succèderont toutes les 1h30 : 1h15 de cours / 15 minutes de récupération. Vous aurez l’opportunité de participer à l’ensemble des cours mais également de vous reposer quand vous les souhaitez en vous rendant au village des samourai ou la zone de repos. Le village des samourai bénéficie notamment d’une vue idéale sur la zone de pratique vous permettant de profiter de chaque cours, que vous soyez sur ou en dehors des tatamis.

Conseil : n’hésitez pas à prendre un sac de couchage, couvertures, oreiller et autres commodités que vous jugerez utiles pour votre confort durant vos phases de repos. Inutile toutefois d’embarquer votre chambre à coucher, des tatamis seront mis à votre disposition pour récupérer. Venez léger tout en restant prévoyant ;-).

24h peut sembler long et intensif, toutefois pas d’inquiétude, un staff sur place ainsi que plusieurs thérapeutes de l’école Normande de Thérapie Shiatsu seront présents tout au long du weekend pour vous accompagner et vous permettre de vivre cette expérience dans les meilleures conditions.

9 et 10 mai à Nantes

Inscriptions avant le 15 avril

Ouverture des portes à 11h30
Cérémonie d’ouverture à 12h40
Début des cours à 13h00 le samedi 9
Fin de cours à 13h00 le dimanche 10

Tarifs
Solo, 85€
Duo, 75€/personne
Groupe de 5, 65€/personne

24h-samourai.com

ATTENTION, seulement 200 places disponibles !

Clôture des inscriptions 15 avril.

3 Commentaires

  • Jean Luc DUREISSEIX

    Konnichiwa Alex,
    un défi très intéressant pour ceux qui cherchent à dépasser leurs limites, comme on peut le voir dans d’autres disciplines autres que les arts martiaux. Attention quand même de ne pas tomber dans les pièges de l’orgueil ou de l’ego qui vous ferez prendre des risques inconsidérés aux conséquences pouvant être très graves. J’ai été invité à y participer mais je ne le ferais pas car ce genre de défi n’entre plus dans l’optique de ma recherche et qu’à mon âge on s’oriente plus vers une pratique de longue durée avec une orientation principale qu’est la préservation de la santé car sans elle on ne peut plus rien faire! Mais pour des pratiquants plus jeunes dans notre contexte de civilisation, il est compréhensible que vous ayez besoin de ce genre d’épreuve! Et je peux dire que ce serait encore mieux en pleine nature, en dehors de tout confort technologique. Mais cela risque d’être trop dur pour beaucoup.
    Concernant les stages multi-disciplines, c’est une bonne chose! Mais ce serait encore mieux, si chacun, en dépassant sa propre pratique de base, fasse une sorte de synthèse de ce qu’il a étudié et créait ainsi sa propre pratique en dehors de tous styles ou écoles. Mais cela risque de déplaire à beaucoup, à commencer par les instances officielles qui ne pourront plus avoir la main mise sur les pratiquants. Car quoique que nous fassions, la méthode qui nous convient le mieux, c’est la notre quand on a dépassé le stade d’étude de base dans une méthode ou une autre. Et pas besoin d’attendre quarante ans dans une pratique et un certain grade pour s’en rendre compte. C’est aussi une recherche de liberté dans notre propre expression corporelle.
    Mata ne.
    Jean Luc

    • Konnichiwa Jean Luc,

      Merci pour ton retour constructif. Effectivement le défi est intéressant mais je comprends également ton point de vue :-).
      Le stage a été pensé en prenant en compte les possibilités de chacun, la partie challenge personnel appartenant à chacun. Il y a la possibilité de se fixer un objectif seul ou en groupe mais également de venir sans chercher de défi afin que tout le monde puisse s’y retrouver. Nous avons également mis en place la possibilité pour chacun de construire son programme personnalisé sur le weekend et de ne participer qu’aux cours auxquels il souhaite participer. L’idée est vraiment que chacun vienne participer selon ses envies et aspirations quel que soit son niveau.
      Pour la partie pleine nature c’est vrai que ce serait effectivement extrêmement intéressant mais difficilement réalisable en mai en raison des contraintes météos en cette période de changement climatique, le gymnase assurant la tenue de l’événement même en cas de météo pluvieuse. Mais peut-être pour une prochaine cession :-).
      Pour le reste, je rejoins ton avis et nous pourrons en discuter en MP, ton avis étant toujours pour moi source de réflexion :-).

      Mata ne,
      Alex

      • Jean Luc DUREISSEIX

        Ce sera avec plaisir d’échanger avec toi sur ce sujet!
        Mata ne.
        Jean Luc

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s