Forger et polir: Germain Chamot & Alexandre Grzegorczyk, les 25 / 26 janvier 2020 à Limoges

Les 25 et 26 janvier prochain, j’aurais le plaisir de recevoir Germain Chamot à Panazol (10min de Limoges) pour co-animer ce premier stage de la saison 2020.

Trouver une voie…

Comme pour la plupart des adeptes, il arrive un moment où la question du choix de l’orientation que l’on souhaite donner  à sa pratique se pose. Fort de nos expériences, pour certains il s’agira d’emprunter une route différente, pour d’autres de suivre un sentier parallèle. Mais, quel que soit ce choix, il s’inscrit toujours dans la continuité d’une démarche personnelle. Cela se traduira parfois par un revirement complet de discipline, de style, d’école, quand pour d’autres il s’agira tout simplement de suivre un autre enseignement.

C’est ce deuxième choix que nous avons fait en prenant la décision de remettre en question nos acquis et en allant suivre l’enseignement de Léo Tamaki. Pour ma part cela a également entraîné un changement brusque d’école mais c’est un choix que je ne regrette pas. N’est-ce pas en dehors de notre zone de confort que se trouve la source de nos progrès?

Bien sûr, il nous aurait été plus simple de nous investir dans nos fédérations respectives, nous reposer sur le statut « d’ancien » que nous avions acquis, de continuer à passer examens et autres grades fédéraux pour tracer peut-être un avenir plus certain. Toutefois, une fois dépassé le vernis visuel qu’offre le confort d’une expérience « acquise », repartir de « zéro » nous a paru comme une évidence pour continuer d’avancer personnellement sur le chemin des budo.

Moment de convivialité sur le tournage du DVD « Etudes sur Yokomen » Photo de Shizuka Tamaki

Forger, se dépasser

Une fois la question du choix dépassé, c’est durant quelques années que nous avons foulé les tatamis du Kishinkan dojo puis du Korindo dojo, tentant de saisir le cœur de l’enseignement que nous proposait Léo.

Kishinkan Dojo, photo de Johann Vayriot

La journée de travail s’achevant, nous nous retrouvions à chaque cours avec l’ensemble des élèves pour débuter ce que je nommais ma deuxième journée. 1h30 de transport à l’allée, 1h30 au retour pour 2h30 d’entrainement, toutefois l’émulation collective et le travail proposé valaient bien plus que la contrepartie du temps de transport et de la fatigue engendrée.
Il régnait au dojo une ambiance conviviale et studieuse où chacun se surpasser et induisait naturellement chez les autres ce besoin d’aller au-delà de ses possibilités. Une sorte de challenge amical qui tirait l’ensemble du groupe vers le haut dont l’enseignement proposait brillé par l’excellence de la pratique de notre enseignant et de nos senpaï/kohaï.

Moment d’étude à Archereau

Debrief, en attendant le train, après la démonstration de Léo au théâtre de Fontaibleau

Digérer, s’approprier, polir

Comme je l’ai déjà précisé, j’apprécie particulièrement le travail Germain, en tant qu’enseignant mais aussi en tant que partenaire d’étude. Si nous avons eu le plaisir de foulée quotidiennement le tatami ensemble lorsque nous étions sur Paris, nous avons également quitté la région parisienne au même moment.

Inévitablement, chaque adepte puise un certain nombre d’éléments dans l’enseignement de son/ses sensei. Il martèle le fer dans un premier temps pour lui donner la forme, la robustesse et la souplesse dont il aura besoin pour continuer d’avancer. Puis, vient le temps de la digestion où celui-ci s’approprie progressivement les enseignements reçus en fonction de son corps, de son état d’esprit et de ses expériences passées, pour ensuite les faire sienne.

Du pratiquant tentant d’assimiler les formes, puis d’exprimer les principes qui lui sont enseignés, nous tendons humblement vers l’adepte dont les principes s’expriment à travers son individualité. Nous laissons refroidir de manière active le métal rougeoyant pour qu’il s’imprègne de la forme qui lui a été donnée et aiguisons ensuite le tranchant qui donnera le fil conducteur de la pratique à venir.

Le temps faisant son oeuvre, nous avons continué notre étude chacun de notre côté tout en nous retrouvant lors des stages donnaient par les experts de l’école, pour poursuivre notre formation, et lors d’événements que nous co-animons depuis quelques années. 

La forge et le polissage continue…

Naturellement, nous avons régulièrement des réflexions qui se recroisent et des affinités communes mais également des affinités pratiques différentes qui suivent le cours de nos recherches et expérimentations respectives. C’est, je crois, au-delà du travail proposé, l’une des richesses de l’école. Lors de nos derniers échanges, il ne s’est pas passé une seule fois sans que je ne sois séduit par le travail présenté par Germain, proposant un travail fin, parfois sur des aspects que je n’avais pas envisagé sous cet angle et pourtant dans la continuité de l’enseignement que nous avons reçu.
C’est cette diversité et cette complémentarité que nous vous proposerons humblement pour ce premier stage de l’année 2020. Une nouvelle occasion de forger et polir ensemble, comme au bon vieux temps :-D.

Matériel à prévoir : Bokuto / Jo / Tanto / Iaïto (facultatif)

Stage commun 2018-2019

Stages commun 2018-2019

 

Horaires
Samedi 26 de 9h30h à 12h00 et de 13h30 à 16h30
Dimanche 27 de 9h30 à 12h

Lieu
Gymnase Guillemot
Allée Joseph Guillemot
87350 Panazol

Tarifs
Cours: 20€
Journée: 30€
Stage complet: 40€

Stage ouvert à tous pratiquants, tous niveaux, toutes disciplines.

 

 

5 Commentaires

  • Jean Luc DUREISSEIX

    Konnichiwa Alex, je suis d’accord avec toi, c’est à chacun de suivre sa voie avec tous les acquis qu’il a étudié, d’abords dans sa pratique originelle, puis lors de ses diverses rencontres dans son parcours dans des voies parfois totalement différentes de celle de ses débuts; et qu’il a fini d’intégrer et qui donnent sa particularité à sa pratique. Suivre la voie de quelqu’un d’autre, son cheminement en suivant la progression qu’il a mis au point et qui en fait n’est utile que pour lui, n’a jamais été la solution, et pas seulement dans le Budo. Bien sûr, on peut se retrouver dans une optique qui semble opposée à celle de ses débuts et si l’enseignant que l’on a eu à ces moments est ouvert d’esprit, il n’y a aucun problème et les deux peuvent s’influencer réciproquement et progresser chacun sur sa propre voie. Actuellement, j’ai pris une voie qui désarçonne beaucoup les élèves par rapport à ce que je faisais avant. Ceux qui ont l’esprit ouvert et font l’effort de pratiquer ce que je leur enseigne, sont enchantés et veulent en savoir plus. Ce qui m’oblige à accentuer mes recherches et trouver des moyens pour faire comprendre ce qui est du domaine du ressenti. Et c’est bien sûr en dehors des standards fédéraux! Standards qui me donnent l’impression d’étouffer, de ne pas pouvoir m’exprimer librement. J’ai reçu beaucoup de critiques, voire plus! Pas directement, mais cela finit toujours par revenir aux oreilles. Que ces personnes fassent leur propre chemin, pas celui balisé par quelqu’un d’autre et soient surtout capable de prouver ce qu’elles avancent. Ce que j’ai toujours fait d’ailleurs: prouver ce que je fait ou dis! Et le plus étonnant, c’est que petit à petit on revient à notre pratique d’origine mais abordée d’une façon totalement différente qui nous est vraiment personnelle. Et là on peut dire que la boucle est bouclée et que l’on peut passer à une autre dimension plus élevée.
    Passe un excellent Noël et de Joyeuses Fêtes de Fin d’Année.
    Mata ne!
    Jean Luc

    • Konbanwa Jean Luc,

      Merci beaucoup pour ton retour d’expérience toujours source de réflexions :-).
      Pour ce qui est des médisances, ne leur accordons pas trop d’importance, le plus important étant d’être en accord avec ce que nous sommes et ce que nous faisons. La valeur d’une personne se mesure finalement à ses actes et la capacité à joindre la parole ceux-ci. Tu as le mérite d’avoir toujours été un chercheur, et ceux quels que soient l’opinion d’autrui, d’avoir su continuer à remettre ta pratique en question et à ne jamais te figer. C’est ce qui fait la qualité de ta pratique, ton enseignement et celle de tes élèves :-).
      Pour ce qui est de l’évolution, effectivement arrive un moment où nous revenons à notre pratique d’origine et c’est d’ailleurs intéressant d’aborder à nouveau l’enseignement reçu à travers notre progression.
      J’espère que tu as passé d’agréables fêtes, je te souhaite une belle et heureuse année 2020!
      Toutes mes amitiés,
      Alexandre

      • Jean Luc DUREISSEIX

        Konbanwa Alex, Etre un chercheur et ne pas accepter « aveuglement » un enseignement en essayant d’améliorer ce qu’on en a perçu n’est pas toujours facile et souvent incompris par beaucoup mais je crois que c’est ceux qui agissent ainsi qui font avancer les choses, pas les autres.
        La fin d’année et le début de la nouvelle ont été comme d’habitude très simple. Et le keiko du jour de l’an est très important et donne le ton pour la nouvelle année. Pour moi, la pratique sera orientée vers les méthodes de santé et le peaufinage des sensations dans l’utilisation du corps pour arriver à contrôler l’adversaire sans avoir besoin d’utiliser une technique violente ou en force.
        Bonne Année 2020, bonne pratique et beaucoup de réflexions et de découvertes.
        A te revoir un jour pour échanger à nouveau.
        Amicalement.
        Jean Luc

  • ALAIN SIRVEN

    SHINTAI TANREN !!! SHUHARI
    Tai jitsuka et karateka ,j’etais au Masterclass chez Lionel Froidure , cette année et il y a 3 ans , et j’ai grandement apprecié son enseignement , qui me donne des nouvelles pistes de travail !
    Je continue mon polissage !
    merci
    Alain Sirven

    • Bonjour Alain,

      Merci pour votre lecture et votre retour :-).
      Je vous souhaite une belle année 2020 et une bonne continuation sur la merveilleuse voie des budo :-).
      Au plaisir de vous rencontrer.
      Alexandre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s