10 points d’honneur pour optimiser mes progrès

Parmi les questions récurrentes, lors des échanges que j’entretiens avec mes contacts et élèves, revient régulièrement celle de la progression personnelle. Comment optimiser ses progrès? Comment franchir un cap lorsque nous avons l’impression de stagner? Est-ce que tout le monde peut atteindre un haut niveau de pratique? Quel est le meilleur moyen d’avoir des résultats? Autant de questions auxquelles je suis toujours très enthousiaste à l’idée d’y répondre puisque à mes yeux elles marquent un désir profond et sincère de progresser.   Comme mentionné à plusieurs reprises, le choix d’un bon enseignant est une première étape permettant de mettre toutes les chances de notre côté. Toutefois l’enseignant est-il le seul responsable de nos progrès?

S’il est un critère non négligeable, malgré tous les efforts que mettra en œuvre l’enseignant pour nous guider vers notre meilleur niveau, une grande partie de l’apprentissage dépend avant tout de nous. Voici les points d’honneur que j’utilise pour optimiser mon étude:

Entretenir l’envie: c’est à mes yeux le premier point-clé pour progresser. Comme toute chose, l’envie est un élément qui s’entretient jouant directement sur nos motivations et la qualité de nos entraînements. Sans envie pas de motivation, pas de motivation pas d’investissement, pas d’investissement pas de réel progrès. Pas de progrès… pas de progrès.

 

allier le geste à nos envies: en fonction de vos envies et le temps que vous pouvez y consacrer, il est nécessaire de fournir les efforts nécessaires pour y répondre. Il n’y a pas de secret, avoir envie ne suffit pas, il faut travailler dur. Avoir envie est un premier pas, mais sans efforts constants, celle-ci-ci ne restera qu’un désir inatteignable.

s’ouvrir et s’inspirer: au quotidien nous croisons des personnes excellentes dans leurs domaines de prédilection et/ou leur profession, des partenaires d’étude ayant une progression fulgurante, tous niveaux confondus, des personnes capables d’assimiler très rapidement ce qui est démontré etc… Ces personnes ont toujours été une source d’inspiration que j’aime analyser pour comprendre ce qu’ils font de plus ou de différent de moi. Compétiteur dans l’âme, je n’ai paradoxalement jamais ressenti de jalousie à leur encontre mais un désir profond de me nourrir de leur fonctionnement afin d’optimiser ma pratique. Par ailleurs, cela ne se limite pas à vos sempaï. J’ai été bluffé à plusieurs reprises par des débutants étant arrivés en quelques semaines à réaliser certaines choses que j’avais mis des mois à mettre en place. C’est important de savoir reconnaître le potentiel de chacun. Je n’ai jamais hésité à m’inspirer d’eux pour continuer de progresser. Le grade ou l’âge n’a jamais été pour moi un gage de niveau. J’ai notamment repris plusieurs cours de boxe cette année avec un ami sportif de haut niveau, bien plus jeune que moi (dix ans d’écart) car il avait des éléments dans son approche qui m’interpellaient.

être autonome et actif dans son apprentissage: beaucoup d’élèves que je croise, ayant des résultats au-dessus de la moyenne, ont tous en commun la capacité à être autonome dans leur démarche. Ils ne se reposent pas sur l’enseignant et n’hésitent pas à tester par eux-même, analyser son travail, le décortiquer pour en comprendre le sens. Pour eux, l’enseignant n’est pas un maître au savoir immuable mais ni plus ni moins qu’un guide dans leur démarche d’apprentissage. Avoir une démarche réflexive, être actif dans son apprentissage, sont des points essentiels à vos progrès.

se poser les bonnes questions: au cours de l’étude de nombreuses questions nous traversent l’esprit. Pour autant toutes ne sont pas sources de progrès dans l’immédiat. S’il n’y a pas de questions « bêtes » il est important d’en définir des prioritaires auxquelles vous devez tenter de répondre par vous-même dans un premier temps et voir avec votre enseignant dans un deuxième temps, si nécessaire. Essayer de n’être jamais dans l’attente de quelque chose en vous donnant les moyens de trouver par vous même. Les conseils de vos enseignants seront  d’autant plus efficaces car vous aurez déjà parcouru une partie du chemin. L’enseignant ne peut faire le chemin à votre place…

– s’entraîner seul: l’entrainement au dojo sous la direction d’un enseignant est primordial cependant l’entraînement personnel l’est tout aussi pour celui qui souhaite progresser davantage. Si l’on m’a souvent défini comme celui pour qui l’apprentissage était facile, au point de parfois m’attribué le qualificatif de « doué », j’ai toujours fait des sacrifices dans ma vie personnelle pour progresser plus que ce que je ne pouvais au dojo. Quand mes camarades rentrés du dojo pour s’adonner à divers loisirs, je continuais à m’entraîner quelques minutes voire plusieurs heures pour comprendre l’enseignant qui m’était donné. Lorsque la plupart de mes amis se rejoignaient le weekend pour aller au cinéma, je déclinais les invitations régulièrement pour m’entraîner avec mon frère dans le garage que nous avions tant bien que mal aménagé en salle de boxe. Les rares soirs où je m’accordais une sortie entre amis, je m’organisais pour m’être entraîné à un moment de la journée. L’entrainement personnel a toujours été pour moi primordial. Si tant est que mon vécu sportif m’ait donné quelques facilités motrices, mes progrès se sont toujours fait dans la sueur, animé par les simples volontés de devenir chaque jour meilleur que ce que j’étais la veille et répondre aux attentes de mes enseignants.

 

 

Définir des priorités d’étude, notamment les corrections de vos enseignants: lors d’un cours, il y a ce que nous voyons, ce que nous pensons voir et ce que l’enseignant nous apporte comme correction. Pour les deux premiers, les jeux de l’esprit font qu’il est difficile de les différencier. Nous pensons parfois avoir compris ce que nous voyons mais avons-nous réellement vu?  Ou, avons-nous vu seulement ce que nous notre esprit voulait voir? Comme en photographie ou en peinture, nous ne voyons que ce que nous pouvons et/ou voulons bien voir. L’interprétation est l’un des fléaux de l’apprentissage. Notre esprit est notamment un génie quand il s’agit de se conforter. Il est donc important de se reposer sur des éléments qui ne trompent pas. En premier lieu, ce sont les régulations de l’enseignant car il sait ce dont nous avons besoin pour nous améliorer. Les régulations de mes enseignants ont toujours été ma priorité.

Je me suis toujours refusé de les obliger à me répéter encore et encore les mêmes choses, par respect pour le temps qu’ils m’accordent mais aussi parce que leurs régulations sont à mes yeux les points-clés de mes progrès. J’ai toujours détesté les rares moments où un de mes enseignants venait me corriger sur un élément qu’il avait déjà énoncé les fois précédentes. Dans ces moments j’estimais ne pas avoir fourni le travail nécessaire et raté l’occasion de recevoir de nouvelles régulations.

Les régulations de mes enseignants ont toujours été ma priorité. Photo de Shizuka Tamaki

S’analyser et se fixer des objectifs: il n’y a rien de pire que de ne pas en avoir et attendre de se laisser guider. Lorsque vous vous entraînez, ayez une idée claire de vos besoins. Prenez le temps d’analyser vos points faibles, vos points forts, et en conséquence, identifiez les éléments que vous devez approfondir pour dépasser chaque étape d’apprentissage. Pour optimiser son étude, il vaut mieux se concentrer une heure sur un point particulier que d’essayer de faire un peu de tout sans réel approfondissement.

Le plaisir: rien de mieux pour entretenir l’envie d’approfondir, d’étudier, de venir au dojo et s’entraîner à la maison. N’hésitez pas à chercher, expérimenter par vous-même de nouvelles situations. Faites-vous plaisir, usez de créativité pour vous amuser tout en vous entraînant. En ce qui me concerne je suis resté un grand enfant dans l’âme. Chaque séance est un réel plaisir, qu’il soit instantané ou différé.

Accepter les moments de plaisir différés, notamment en sortant de votre zone de confort: S’il n’est pas agréable de sortir de sa zone de confort, c’est un processus indispensable à notre progression source de réussite et donc de plaisir différé. S’entraîner seulement à ce qui nous procure un plaisir immédiat ne fera que vous renforcer dans un sentiment de compétence illusoire. C’est primordial de développer le goût de l’effort, du dépassement de soi, et se découvrir en profondeur. D’autant plus dans une activité physique et corporelle.

Cette liste non exhaustive n’est évidemment qu’un ensemble d’éléments qui tiennent une place importante dans mon cheminement. Il appartient à chacun de mettre en place ses propres schémas d’apprentissage, de trouver ce qui lui correspond le mieux avec l’idée qu’il n’y a qu’un seul secret pour avancer: joindre le geste à la mesure de nos envies ;-).

 

Pour alimenter la réflexion:

« Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure » Mohamed Ali

Un seul secret pour avancer: joindre le geste à la mesure de nos envies

 

 

Publicités

5 réflexions sur “10 points d’honneur pour optimiser mes progrès

  1. Konnichiwa Alex,
    je te rejoins sur ce que tu as écrit. Je rajouterai qu’il faut laisser son corps s’exprimer librement et surtout développer sa créativité sans se laisser enfermer dans un quelconque dogme ou dans ses idées préconçues et surtout dans ses habitudes. Car un des pièges importants c’est de se contenter de faire sa petite routine habituelle en croyant obtenir des résultats. Il faut qu’à chaque séance, ce soit comme si c’était quelque chose de nouveau que nous faisons. Et ce l’est en réalité car les circonstances sont à chaque fois différentes. Et cela, il faut vraiment en prendre conscience. Et surtout être à l’écoute de son corps et bien ressentir ce que l’on fait au niveau interne. Et cela permet très souvent de suer beaucoup plus que de gesticuler pour se donner l’illusion de s’entraîner.
    Mata ne.
    Jean Luc

    • Konbanwa Jean Luc,

      Tout à fait d’accord. Effectivement, développer liberté, créativité, remise en question, et écoute de son corps, sont des points essentiels pour progresser.Tu soulèves également un élément important, gesticuler ne veut pas forcément dire entrainement productif :-). Merci beaucoup pour ton complément d’informations et ton retour toujours aussi pertinent :-D.

      Amicalement,
      Alexandre

  2. Pingback: A lire en mars 2018 – NicoBudo

  3. Pingback: Préparer sa rentrée: l’apprentissage,une histoire de temps? | Budo Musha Shugyo

  4. Pingback: Préparer sa rentrée: l’apprentissage, simplement une histoire de temps? | Budo Musha Shugyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s