S’émerveiller, percevoir et entreprendre: si l’impossible devenait possible?

Il y a deux semaines j’ai fait un furtif passage à Paris et eu l’occasion d’aller voir avec un ami Santa & Scie, d’Alain Chabat. Comédie familial fantaisiste mêlant esprit de Noël et absurdes, j’ai passé un agréable moment et suis immédiatement retombé en enfance. Autant dire que je ne suis pas un grand fan des fêtes et ne prends que rarement le temps de m’y intéresser, généralement pour le plaisir des personnes qui m’entourent. Toutefois j’ai renoué avec celles de fin d’année il y a peu et c’est aujourd’hui une période que j’affectionne particulièrement.

Marchés de noël, lumières aux milles et une couleurs, sourire d’enfants, de leurs parents et grands-parents, les villes s’apprêtent de leurs plus belles robes. Moment annuel où le temps semble être en suspens, les inquiétudes quotidiennes cèdent le pas à la joie des petits et grands. Au cœur de ces rues étincelantes règne une ambiance chaleureuse où chacun s’émerveille temporairement pour laisser place à la magie de Noël et du Nouvel An.

Ce sont parmi les raisons qui me font aujourd’hui apprécier ces moments car, quelles que soient les symboliques que nous leur prêtons, ces rares instants ont la capacité de nous réunir et nous permettre de retrouver l’émerveillement de l’enfance. Malheureusement, noyés dans nos quotidiens et les difficultés que chacun rencontre, nous prenons de moins en moins le temps d’apprécier la beauté du monde, le chemin parcouru et se réjouir des étapes à venir.

S’émerveiller: l’expérience de Joshua Bell 

C’est en 2007 que le Washington Post organise, avec Joshua Bell, une expérience unique en son genre autour de la question suivante: « dans un environnement ordinaire, à une heure inappropriée, sommes-nous capables de percevoir la beauté, de nous arrêter pour l’apprécier, de reconnaître le talent dans un contexte inattendu ? » . Violoniste de renom, considéré comme l’un des plus grands virtuoses actuels, Joshua Bell accepte alors de se prêter au jeu de l’anonymat. Installer au cœur de la station de l’Enfant Plaza à Washington, il jouera six pièces classiques parmi les plus brillantes jamais écrites, sur un Stradivarius Gibson fabriqué en 1713 d’une valeur de 3,5 millions de dollars.

Après trois quarts d’heures de virtuosité en ce froid matin de janvier, la réponse fut sans appel: moins de 10 personnes s’arrêteront quelques instants sur les 1087 passants, contrairement aux 75 à 100 personnes prédites par Léonar Slatkin, directeur du National Symphony Orchestra. Précisons que toutes les catégories socio-professionnelles étaient représentées et que rien ne permis de distinguer les personnes qui s’arrêtèrent. Pour le reste, saisis dans la course effrénée de nos impératifs journaliers , les personnes interrogées avouèrent ne pas avoir eu le temps de prêter attention au virtuose à l’œuvre.

Cependant, après visualisation de la séquence vidéo, il fut constaté qu’une majeure partie des quelques individus souhaitant  regarder le musicien furent des enfants qui , dans la plupart des cas, étaient aussitôt tirés par la main de leurs parents. Les conclusions de l’étude montrèrent que le contexte d’une situation influe sur notre capacité à percevoir les choses et que les enfants ont plus de facilité à s’émerveiller que l’adulte. C’est ainsi qu’avec l’âge la beauté des choses nous échappe progressivement.

Se libérer et s’émerveiller

L’émerveillement est un processus naturel de l’enfance permettant dès notre plus un âge de nous nourrir de toutes nos nouvelles découvertes et expériences. L’enfant puise dans cette capacité sa curiosité, ses motivations et son envie d’apprendre.  Élément non négligeable de l’apprentissage mais aussi source émotionnelle positive ayant une influence sur l’accomplissement personnel de chacun, c’est généralement un facteur ayant participé à notre inscription dans un club (suite au visionnage d’une démonstration, d’un film, etc). Tel que le démontre l’étude, notre capacité à nous émerveiller joue grandement dans notre perception et ouverture au monde.

Cependant,en grandissant, notre vécu, nos croyances, notre éducation, occultent notre capacité à percevoir. Une fois adulte nous laissons peu à peu nos rêves de côté pour faire face à notre réalité au travers d’ un esprit plus pragmatique. Les rêves s’annihilant avec le temps nous devenons progressivement prisonnier de notre quotidien dont il n’est pas toujours évident de s’échapper.

S’émerveiller: un source d’inspiration, d’envie et de motivation

Et si en 2018 l’impossible devenait possible? 

Notre mode de pensée, ainsi que notre éducation, font que nous avons généralement l’habitude de considérer nos rêves comme impossible au vu de nos impératifs, de l’incertitude du lendemain et du coût de la vie. Nous envisageons de nombreux objectifs à cours termes mais peu à le long terme. Toutefois, si nous étions sûrs de pouvoir les réaliser que ferions-nous réellement? Sans doute que nous nous donnerions corps et âme pour qu’ils prennent vie. Et si finalement ce que nous considérons impossible ne l’est que parce que nous y croyons? Sommes-nous certains que c’est réellement impossible? Non car qui peut réellement prédire ce que vous serez demain? En cela, il est important de garder liberté d’action, de penser, tel que les budo sont censés nous l’enseigner, pour pouvoir à nouveau s’émerveiller et faire que nos rêves deviennent réalité.

Quel pratiquant n’a jamais rêvé de partir au Japon, monter son propre dojo, aller à la rencontre d’adeptes d’exceptions dont la pratique vous inspire et bien d’autres? Il n’appartient qu’à nous d’y donner vie et entreprendre la réalisation de nos objectifs à plus ou moins long terme. Les budos nous apprennent à gérer nos peurs, y faire face, reprendre les rênes d’une situation critique et prendre l’initiative.

Pratiquer au Japon, un rêve devenu réalité

Le talent n’est pas une chose innée mais un élément présent en chacun de nous qui se cultive à force de volonté et d’investissement. L’émerveillement est une première étape source d’envie, d’inspiration et de motivation. Le talent n’est finalement que la conséquence de rêves et d’envies prenant vie dans l’action.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. Sénèque

Bien sûr, chaque effort que nous ferons ne rencontrera pas toujours les succès escomptaient mais participerons toutefois à la réalisation de nos projets et notre vie de demain.  Parce que l’espoir réside souvent derrière les moments les plus anodins, notre capacité à nous émerveiller ne rendra les instants amers que plus agréables et deviendront à leur tour source d’envie, de plaisir et d’inspiration.

Pour toutes ces raisons, je vous souhaite à toutes et à tous des rêves, des passions, de l’émerveillement, de l’envie, afin que vos projets, quels qu’ils soient, deviennent réalité.

Belle et heureuse année 2018!!!

 

Je vous souhaite de désirer.
Le bonheur, c’est déjà vouloir.
Comme en droit pénal, l’intention vaut l’action.
Le seul fait de rêver est déjà très important.
Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir.
Et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer,
et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil,
et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir
Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
à l’indifférence
et aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, 
car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux,
car le bonheur est notre destin véritable.
Jacques Brel

3 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s