8° intra-muros: faire place à l’imprévu

Cela fait bien une semaine et demie que je n’ai pris le temps d’écrire. Si l’écriture fait aujourd’hui partie intégrante de mon quotidien, que ce soit pour moi ou le blog, je ne trouve pas toujours le temps d’épancher ma soif de coucher sur papier mes réflexions. Les péripéties de la semaine passée m’ont seulement laissé quelques instants pour noircir quelques lignes dans mon carnet de notes en attendant de pouvoir les mettre en forme et les partager avec vous.

Lundi dernier en rentrant à mon domicile, je ressens une baisse significative de la température. La chaudière indiquait un souci technique refusant de s’allumer malgré maintes tentatives. Le temps de trouver la panne, de joindre le service technique, de faire plusieurs essais et me résoudre à finalement contacter un professionnel, 8 jours se sont écoulés. La première journée la température intérieure est descendue à 14°, ce qui reste vivable, bien qu’un peu frais. Les premiers jours je me suis dit « chouette une occasion de changer un peu nos habitudes et de sortir du confort quotidien ». Les jours passant, la température a continué de chuter pour atteindre les 8° vendredi et un pic de 6° ce lundi matin… Consacrant en moyenne de 2h de mon temps journalier à essayer de trouver la panne, je me suis retrouvé face au dilemme de supprimer quelques heures d’entrainement et écriture… 😦

20170113_184240

J’ai rarement l’habitude d’être contraint de choisir entre mes passions et les contraintes de la vie quotidienne, à cela plusieurs raisons. Les budo et plus particulièrement l’aïkido sont au centre de mes intérêts au point d’être parfois à la limite entre la raison et l’obstination maladive. Je me lève pour pratiquer, me couche en pensant pratique, mon quotidien s’organise donc naturellement autour d’elle. De nature indépendante et têtu, je fais ce que bon me semble lorsque je le souhaite et ne m’accorde aucune excuse pour rater une occasion de m’entraîner.

Vous l’aurez compris, j’apprécie peu les entraves à mon planning et m’arrange toujours pour repousser ou contourner un élément qui viendrait empiéter sur mes priorités… Certainement la marque d’un grand manque de maturité, ce n’a jamais été un défaut que j’ai cherché à corriger car si je passe certainement à côté d’un grand nombre de choses auxquelles je n’aurai probablement jamais accès, cela m’a toujours permis d’avancer dans la voie que j’ai choisi de suivre. Par choix je n’ai jamais souhaité de vie de famille, d’enfants ou tout point d’attache susceptible d’interférer dans mon quotidien et j’ai l’incroyable chance d’avoir une compagne patiente, à l’écoute, qui me laisse la marge de liberté dont j’ai besoin.

Au-delà de la température, ce qui m’a certainement le plus irrité est de ne pouvoir consacrer le temps que j’estime nécessaire à ma pratique…

img_20170113_220330_211

Habitudes et imprévus

La vie est faite d’aléas et les urgences nous obligent parfois à revoir quelque temps nos habitudes. Les habitudes, les routines, nos priorités, dictent notre quotidien et si le choix est une notion importante pour avancer, cette semaine m’a permis de me rendre compte que ce que j’estimais comme une zone d’inconfort permanente est devenue au fil du temps une habitude. Si au quotidien je me résous à un rythme parfois draconien, n’hésitant pas à réduire mes heures de sommeil pour accomplir l’ensemble des activités que je me fixe dans mes journées, c’est assez paradoxal de voir que finalement il existe une part non négligeable de confort en réfutant toute contrainte au profit de mes activités personnelles.

Sortir de sa zone de confort est inévitablement source de progrès, cependant une fois que nous avons dompté ce nouvel espace, celui-ci devient rapidement agréable. Progressivement ce qui fut incommode  a un instant T s’efface, agrandissant inévitablement notre zone de confort et rendant accessible de nouvelles zones d’inconfort. Pour autant si les bonnes habitudes sont motrices dans nos journées et la réalisation de nos projets nous avons souvent tendance à nous installer dans un train-train quotidien qui s’il nous demandait un certain nombre d’efforts au départ, nous en demande de moins en moins pour se transformer en routine au fil du temps. Mes journées sont réglées comme une pendule et comme vous l’aurez sans doute compris l’imprévu en dehors du tatami ne m’a jamais vraiment plu. Pour autant cette semaine m’a permis que rompre temporairement avec mes habitus et donc d’apprendre à profiter autrement, prendre le temps de passer un peu plus de temps avec mes proches, mes amis. Si cela m’a coûté intérieurement de sacrifier quelques heures d’entrainement et d’écriture, ce fut au final source de réflexion et de travail sur moi-même.

Alors si comme moi votre vie s’organise autour de vos passions et projets, n’attendez pas qu’il fasse 8° dans votre domicile pour apprécier l’imprévu et rompre temporairement avec votre quotidien. Finalement, l’imprévu à de bon le fait de nous soustraire à nos habitudes. De mon côté, s’il est vain d’espérer un changement radical, j’essaierai à l’avenir de laisser un peu plus de place à l’inattendu  (dans une certaine mesure…) et profiter de l’instant présent en compagnie des personnes qui m’entourent.

Sur ceux, je retourne profiter des quelques moments libres de ma journée pour me délecter d’un moment d’étude avec mon aïto XD.

Nous façonnons d’abord nos habitudes, puis nos habitudes nous façonnent. John Dryden

L’excellence est un art que l’on n’atteint que par l’exercice constant. Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. L’excellence n’est donc pas une action mais une habitude. Aristote

img_20161022_091640_processed

 

Publicités

2 réflexions sur “8° intra-muros: faire place à l’imprévu

  1. Konnichiwa Alex,

    et oui, on se laisse facilement prendre par ses habitudes, sa routine quotidienne! Et en prenant de l’âge cela empire! Alors, il faut remercier tous ces imprévus qui nous bousculent et nous réveillent de notre torpeur!

    Mata ne.

    Jean Luc

    • Konnichiwa Jean Luc,

      Si les imprévus ne sont pas toujours évident à gérer je suis d’accord. Cela permet de sortir et bousculer nos habitudes. L’idée étant de ne pas se laisser abattre par une situation d’inconfort et en tirer le positif pour aller de l’avant :-).

      Mata ne,
      Alex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s