Métissage des pratiques, une richesse culturelle

Dans quelques heures 2016 clôturera son dernier chapitre pour laisser place à un nouvel opus. Cette année a encore une fois été riche en événements marquants laissant nombre de personnes dans un océan d’inquiétude quant à l’avenir. Le XX° siècle, consécration du mélange des cultures, nous a légué la mission d’apprendre à vivre ensemble et partager pour un avenir meilleur. A l’heure où les couvertures médiatiques inscrivent dans l’imaginaire populaire un sentiment d’insécurité je tenais à partager avec vous un morceau de Gaël Faye.

Né en 1982 à Bujumbura au Burundi d’une mère rwandaise et d’un père français, Gaël Faye sort son premier album Pili Pili sur un croissant au beurre en 2013 et remporte cette année, avec son premier roman Petit Pays, le prix du roman FNAC 2016, le prix du premier roman français, le prix Goncourt des lycéens ainsi que le prix du roman des étudiants France Culture-Télérama. Sans vous en dire plus je vous laisse écouter Métis:

Métissage, une richesse culturelle

Au delà des questions d’efficacité, de styles, de formes, l’ensemble des aïkidoka s’accordent à dire que l’aïkido est compassion, amour et paix. Force est de constater que ce n’est pas toujours le cas. Là où la curiosité serait motrice d’épanouissement, là où le respect laisserait place à l’expression de chacun, là où l’ouverture redonnerait du crédit au grandir ensemble,  l’aïkido affiche aujourd’hui un tableau plus que divisé entraînant dans sa joute nombre de conflits puérils pour ne pas parler des conflits d’intérêts.

L’esprit critique est somme toute un incroyable outil d’évolution. Toutefois c’est un outil redoutable à double tranchant. Là où une critique peut s’avérer constructive, génératrice de progrès, elle arbore également un aspect beaucoup plus négatif source de stagnation voire de régression. L’esprit critique est sans aucun doute une des qualités des grands hommes toutefois nous ne sommes pas toujours à la hauteur de cet outil. Nous nous laissons régulièrement aller dans la critique facile de ce que nous ne connaissons pas ou peu sans réellement prendre le temps de découvrir autrui, de comprendre une démarche, les tenants et aboutissant mais aussi l’origine de chaque réflexion. Encrés dans nos convictions nous perdons au fil du temps la capacité d’entrevoir ce qui est bon ou mauvais. Qu’on le veuille ou non, nous avons tous dans nôtre quotidien ces moments de colère, de peur et de rejet, lorsque la différence frappe à la porte de nos certitudes, que l’on est tord, raison ou plus souvent un peu des deux. Finalement le plus important n’est pas de faire ou de dire mais de se rendre compte du poids de nos actes et la bêtise que celle-ci suscite parfois.

Le monde des arts martiaux c’est l’éclectisme des méthodes, des individualités qui apportent chacune leur pierre à l’édifice, des milliers de pratiquants, une richesse trouvant son origine dans la diversité. Il n’y a pas une vérité mais des vérités parfois antagonistes mais qu’importe, c’est dans cette richesse, dans l’échange, le partage de nos ressemblances et différences que nous grandissons. Là où la peur nous amène régulièrement à dénigrer autrui et passer à côté de belles rencontres, la curiosité, la tolérance et l’ouverture sont à mes yeux sources de joie, de découverte et d’enrichissement mutuel. Et si cela n’a pas toujours été le cas, j’ai aujourd’hui l’intime conviction que quelle que soit notre pratique nous avons tous quelques choses à apprendre les uns des autres.

Moment de partage entre Mochizuki Senseï, André Nocquet et Tamura Senseï

Moment de partage entre Mochizuki Senseï, André Nocquet et Tamura Senseï

J’en profite pour remercier Lionel, Nicolas, Simon, Léo et tous les adeptes qui s’efforcent au quotidien de rompre les barrières entre les disciplines, de réunir régulièrement des centaines de pratiquants, issus de cette grande famille que constitue celle des arts martiaux, autour d’une dynamique commune d’échange.

Quand deux fleuves se rencontrent, ils n’en forment plus qu’un et par fusion nos cultures deviennent indistinctes
Elles s’imbriquent et s’encastrent pour ne former qu’un bloc d’humanité debout sur un socle. Gaël Faye

Remercier…

La fin d’une année et le début d’une autre marque l’occasion de faire le point sur sa personne, sa vie, ses objectifs et s’il est bien plus simple de voir le chemin accomplit et s’en satisfaire, il est important de mesurer le poids de ses qualités et défauts. Parmi les qualités encore trop rares chez moi il y a l’expression de la gratitude.

Si j’éprouve une profonde gratitude pour chaque personne que je croise, je l’exprime rarement. De nature plutôt fonceuse j’ai souvent tendance à continuer ma route sans prendre le temps de mettre des mots sur mon ressenti et partager ceux-ci avec mes interlocuteurs. En outre, cette année a été encore une fois riche en moments passés sur les tatamis. Si cela demande de faire des choix et quelques sacrifices, j’ai conscience de la chance que j’ai de pouvoir vivre ma passion comme je l’entends et y consacrer le temps que j’estime nécessaire. Mais cela ne serait pas possible seul et j’ai l’honneur de compter dans mon entourage des personnes exceptionnelles, sources de motivation et de réflexion.

Je profite donc de ce moment de transition 2016/2017 pour remercier l’ensemble des personnes dont j’ai croisé la route, de près ou de loin, m’ayant permis de me remettre en question régulièrement,  d’avancer et grandir, bien qu’il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Ne voulant oublier personne, je ne m’exercerai pas à citer tout le monde tant la liste est longue mais, proches, amis, élèves, pratiquants d’ici ou d’ailleurs, lecteurs, inconnus:

je vous exprime ma profonde gratitude et vous remercie du fond du cœur. 20161113_1236261

L’Aïkido vous enseigne à respecter les autres, et à ne pas vous comporter d’une manière offensante.
Ce n’est pas facile de vivre selon les idéaux de l’Aïkido mais nous devons le faire à tout prix.
Autrement notre entraînement se fait en vain.

Le but de l’apprentissage de l’Aïkido n’est pas simplement de vous rendre plus fort ou plus robuste que les autres; c’est de faire de vous un champion pour la paix mondiale.

 Ueshiba senseï

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle et heureuse année 2017, en espérant qu’elle sera source d’ouverture, de partage et de rencontre!20161113_1158231

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s