Mochizuki senseï: « Ne pas ajouter l’ignorance moderne à l’ignorance du passé, mais l’intelligence d’aujourd’hui à celle d’hier »

« Ce dont je me souviens, c’est que son aïkido était très souple et décontracté (en parlant de ses souvenirs d’Ueshiba senseï). […] On privilégie une pratique qui est à la fois efficace et source de jouvence quand on a la bonne expression de l’énergie, la bonne dynamique du corps. On devine ce souci dans le tai-chi, approfondir la précision technique et faire en sorte que les gestes soient pertinents pour le corps. Il y a beaucoup d’intelligence et d’expérience là-dedans. Le sport pur, tel qu’on l’a inventé ensuite, par comparaison, est souvent proche de la bêtise. »

« Faire d’une pratique martiale une éducation physique juste, dans le sens le plus ambitieux du terme, pour aller ensuite vers l’efficacité d’une part et l’accomplissement de l’esprit dans le même temps, c’est le projet ancestral. C’est ce que je voyais accompli chez Ueshiba Sensei avec mes yeux d’enfant »

« Il faut continuer à donner de la valeur à nos pratiques et pour cela c’est le conditionnement le premier danger. […] Les magiciens sont toujours parmi nous et ils cherchent à aliéner leur public, à leur faire croire à quelque chose qui n’existe pas. Il y a de la valeur dans ce que la tradition a su préserver, mais il faut sortir du conditionnement militaire. Dans nos gestes de base de karaté, il manque des choses. Nous n’avons pas, par exemple, les frappes circulaires de la boxe. Dans le but d’améliorer l’apport bénéfique du karaté, et aussi son efficacité, il faut continuer à penser, à essayer, à travailler. »

« Ne pas ajouter l’ignorance moderne à l’ignorance du passé, mais l’intelligence d’aujourd’hui à celle d’hier. »

Quatre citations issues d’une interview de Mochizuki senseï, un des géants contemporains des arts martiaux français, ayant sans aucun doute profondément marqué l’histoire des arts martiaux Européens. Quatre extraits qui, je l’espère, vous donneront envies de lire son discours, source de réflexions et d’enseignements transversaux à l’ensemble des pratiques. En vous souhaitant une bonne lecture ;-).

Mochizuki senseï

Mochizuki senseï

Mochizuki Hiroo, Nocquet André, Tamura Nobuyoshi

Mochizuki Hiroo, Nocquet André, Tamura Nobuyoshi

Publicités

2 réflexions sur “Mochizuki senseï: « Ne pas ajouter l’ignorance moderne à l’ignorance du passé, mais l’intelligence d’aujourd’hui à celle d’hier »

  1. Pingback: Pratique de l’aïkido et le déni du conflit | Budo Musha Shugyo

  2. Pingback: Mochizuki senseï, un géant du budo: stage à Paris les 7 et 8 octobre | Budo Musha Shugyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s