Mike Horn: Vouloir toucher les étoiles

Parcourir le globe en suivant la ligne de l’équateur sur quarante mille kilomètres, descendre l’Amazone en hydro-speed, faire le tour du cercle polaire arctique en solitaire, rejoindre le pôle nord sans assistance durant la longue nuit polaire, les exploits recouvrant le palmarès de Mike Horn sont nombreux. Reconnu aventurier de l’extrême du XXI° siècle, Mike Horn fait partie de ces hommes qui n’ont de cesse de repousser leurs limites, ce goût perpétuel d’aller toujours plus loin dans les défis qu’il s’impose au quotidien. Et c’est bien là un de ses leitmotivs, faire que l’impossible devienne possible,  faire de ses rêves une réalité.

Il y a quelques moi je suis tombé par hasard sur sa dernière publication, « Vouloir toucher les étoiles ». J’avais fait sa découverte durant mes années STAPS à travers son ouvrage « Latitude Zéro » et j’ai apprécié le redécouvrir à travers ce nouvel opus. Lorsqu’une personne écrit, on parle parfois « d’ouvrage de la maturité » et c’est bien ce que ce dernier représente.

mike-horn-vouloir-toucher-les-etoiles

Bien que de l’eau ait coulée sous les ponts depuis son premier récit, Mike Horn a su garder le même dynamisme, cette même quête parfois insouciante de l’extrême et du sens de la vie, frôlant sens cesse cette zone de mort dont il parle si bien, cette deadline qui le rend pourtant si vivant.

Des ailes…

« Des ailes…
Enfant, j’ai reçu ce cadeau magnifique.
Entre mon père et moi, il y avait un contrat : j’étais libre d’aller où je voulais, mais à six heures du soir, pas une minute plus tard, je devais être rentré à la maison.
Avant cela, je n’avais aucune limite, aucun interdit. Je pouvais atteindre le bout du monde.

Mes ailes m’ont porté loin, très loin…

Aujourd’hui, j’ai quarante-neuf ans. J’aurais dû mourir dix fois mais je suis toujours là. La vie m’a réservé une épreuve pire que les autres. Je l’ai absorbée. Je suis passé. Car l’homme, j’en suis convaincu, est un chercheur. De lui-même, des autres, du monde. L’obstacle, aussi, est une chance. Il permet de s’améliorer, de grandir. Dans la difficulté, réduit à mes seuls réflexes, j’ai toujours laissé parler ce que j’avais au plus profond de mon être.

Dans la jungle amazonienne, je mangeais quand j’avais faim, en tuant des alligators. Je n’avais pas de fusil, je n’avais pas de radio, je n’avais pas de réchaud à gaz. J’avais la terre, le fleuve et les étoiles. J’ai ainsi parcouru quarante milles kilomètres en suivant l’équateur. Je suis revenu à mon point de départ, riche d’une expérience unique. Le moindre scorpion rencontré en chemin, la moindre goutte d’eau tombée de la canopée, le plus petit feulement d’un animal, je l’ai intégré à ma vie.

Ces dernières années, j’ai parcouru l’Himalaya, j’ai tracé ma route au large de la Somalie, j’ai senti le vent du désert et la présence des talibans, j’ai vu mourir des amis en haute montagne. J’ai eu des hauts et des bas. Des hauts magnifiques et des bas terribles. Mais j’ai gardé le cap. Pour continuer à ressentir ces émotions irremplaçables. Explorer les coins les plus inaccessibles de la planète. Et transmettre aussi aux plus jeunes le goût de la liberté.

Cette liberté qui offre un espace infini à la vie. »

C’est sur ces quelques lignes que le récit débute et nous invite à vivre l’un de ses derniers exploits, grimper quatre 8000 mètres à la suite, dans l’Himalaya, sans corde et sans assistance respiratoire. Mais bien plus que le récit d’une énième aventure cet ouvrage nous plonge au cœur de ses motivations, ses buts, ses victoires, ses défaites, ses moments de douleur, de joie, de franche camaraderie, de solitude. Car derrière ces Hommes extraordinaires, repoussant les limites du possible, se cachent bien souvent des êtres n’échappant pas aux labeurs et échecs de la vie quotidienne. Parfois stigmatisé comme un homme sans limites que rien n’ébranle, il fait partie de ces personnes qui se nourrissent de chaque expérience,  dans la joie comme dans la douleur, pour rebondir et accomplir les objectifs qu’il se fixe. Vivre chaque instant de notre vie comme si c’était le dernier, voir la lumière dans la difficulté,  ne jamais abandonner, sortir de sa zone de confort pour aller de l’avant… Voilà en quelques mots ce que ce livre nous enseigne nous invitant à découvrir un  aventurier avant tout amoureux des choses simples, de la vie et tout ce qui l’anime.

Mike Horn, en direction du pôle Nord de nuit

Mike Horn, en direction du pôle Nord de nuit

Le prix de l’expertise

S’il est naturel d’avoir un sentiment de fascination mêlé à une irrésistible envie de les catégoriser comme « fou » tant leur investissement sort des sentiers battus, j’éprouve un profond respect pour ces aventuriers que beaucoup définissent comme irresponsables, égoïstes, inconscients. Il est pourtant une chose que l’on ne peut leur reprocher, vivre pleinement leur passion au point d’en faire un mode de vie. Plus le temps passe et plus ces sportifs, musiciens, artistes, peintres, m’inspirent car je retrouve en eux cette vérité, cette harmonie entre leurs pensées et leurs actes, ce goût insatiable de progrès, d’heures de travail dans la difficulté qu’il est aujourd’hui si facile de délaisser au prix d’une intellectualisation illusoire dont l’univers des arts martiaux ne fait pas exception.

L’homme est souvent tiraillé entre passions, rêves et réalité. Pourtant ces hommes, ces femmes, ont fait de leur quotidien leurs rêves au prix d’un grand nombre de choix, de sacrifices et j’ai aujourd’hui l’intime conviction que l’on ne peut atteindre un niveau d’expertise sans consacrer pleinement une grande part de son quotidien à la voie que l’on a choisi. Pas seulement en passant son temps libre devant les livres ou sur internet mais en pratiquant encore et encore, car la vrai valeur d’un homme ne se mesure pas à ses belles paroles mais à ces actes et tout ce qu’il met en œuvre pour avancer loin des regards indiscrets.

Départ de l'expédition Pôle Nord de nuit

Départ de l’expédition Pôle Nord de nuit

« Living life gets a new meaning only when you can exist by being who you are. To be free is and certainly will forever be one of the most desired needs of mankind. History has taught us allot of what we know today about the word freedom. The word freedom has nearly become an obscenity and is slowly disappearing like the morning fog. The question is the following: What price am I willing to pay to be able to live with a certain amount of freedom? And what will I do with the luxury of freedom if I could acquire it?! I guess the trick question is, how do you define being free?

The big dilemma of growing up is that we lose our dreams, with that we lose our freedom. The solution to the dilemma is very simple in theory: Grow older but keep on dreaming like a child.

My father told me that if your dreams don’t scare you, they are not big enough. How can man ever sleep, if his dreams keep on eluding him? Freedom often gets imprisoned in our mind purely by ourselves and how we think.

Action is the key word that liberates the mind. To be free, you need action.

We often speak about luxury as something we cannot afford. The new luxury in today’s world is freedom; it can be bought without a currency. We can buy freedom by changing the way we think! We often move from one situation to another, thinking we will have more time only to realise that we don’t. It is like having six of one or a half a dozen of another. One day will always have 24 hours and that’s the same for each human being on earth, we all have the same amount of time. How we use it is a different question.

Working with freedom, doing what you love, staying true to yourself, trying to do what you always wanted to do, reaching success or failure learning from it, is all forms of mental freedom. Take a moment to look at your life, find what ties you down, doing your best at what you do, start loving the hard and difficult moments, helps us to frees up our mind. » Mike Horn, The privilege of being free.

Finmark Race 2015

Finmark Race 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s