Hino Akira Senseï, fusionner avec Aïté et faire vivre la technique

Depuis quelques années, Hino Senseï vient dispenser son enseignement en Europe. De passage à Brest, Bruxelles et Marseille la semaine passée, il a commencé sa tournée à Paris le weekend du 17/18 janvier. Bien qu’il existe aujourd’hui de nombreux courants de pratique et formes d’enseignement, Hino Senseï a cette particularité de pouvoir offrir des axes de recherche trouvant leurs places dans l’ensemble des disciplines où le corps en est le moyen d’expression fondamental. Son enseignement n’ayant pas pour objectif d’apprendre un répertoire technique mais bien d’explorer les possibilités du corps en interrelation avec nos partenaires.

Photo Hélène Rasse

Photo Hélène Rasse

Faire vivre la technique

Comme à son habitude, il commença en demandant s’il y avait des personnes qui n’avaient jamais participé à ses stages. S’il est un maître extraordinaire, Hino Senseï est également un fin pédagogue, soucieux de transmettre un maximum, notamment aux nouveaux venus. Il présenta donc son travail en annonçant « je n’enseigne pas de techniques mais une façon d’utiliser le corps afin que vos techniques deviennent de vraies techniques », replaçant l’utilisation du corps au cœur de l’étude. Chose sur laquelle il est revenu à la fin du séminaire en nous disant « ce que j’aimerais, c’est que vous puissiez réutiliser ce que je vous enseigne et faire vivre vos techniques »

L’apprentissage de formes techniques possède ses avantages mais offre également l’inconvénient de mettre parfois de côté l’importance du lien existant entre Tori et Uke. La relation à l’autre est une notion centrale dans pratique d’Hino Senseï. Travail qu’il aborda notamment au travers du principe de prise de contact avec Aïté.

Fusionner avec Aïté

Le moment du contact requière une importance toute particulière puisque selon sa forme, les réactions produites sur Aïté seront bien différentes. Si le contact est dur le rapport et les réactions de notre partenaire ne seront pas les mêmes que s’il avait été doux et accueillant. Quand l’un entre en opposition, l’autre s’harmonise.

Une sensation singulière émane de Senseï lorsqu’il vous saisit. Bien que léger, le contact entre sa main et notre corps n’offre aucunes interstices, nous donnant la sensation que bien plus que nous toucher il fusionne avec notre corps. En cela il ne saisit pas notre bras en posant la main à la surface de la chair mais l’ensemble de notre être, lui conférant l’incroyable possibilité d’induire un déséquilibre chez Aïté au moment du contact.

Photo Hélène Rasse

Photo Hélène Rasse

Comme il l’indiqua, dans ce type d’étude l’important n’est pas le résultat ni d’arriver à faire ce qu’il nous montre, mais bien de se concentrer sur les effets recherchés sur le partenaire, le résultat découlant de la bonne compréhension des principes et leurs utilisations.

L’importance d’évacuer toutes pensées de victoire pour étudier

A travers cet axe d’étude, il nous proposa différents exercices de ressenti nous demandant de nous concentrer sur nos sensations bien plus que le résultat, tel qu’il nous l’avait déjà demandé lors de sa dernière venue. «  Il est important de ne pas penser à gagner, projeter ou faire tomber, car vous n’y arriverez jamais ».

Il nous fit d’ailleurs comprendre que l’idée même de penser à la victoire lors de l’étude nous ferait passer à côté du travail proposé, la pensée emprisonnant la liberté d’expression du corps. Il semble alors important de se libérer de toutes pensées de réussite pour ne pas rentrer dans un simple jeu d’opposition où chaque pratiquant campe sur sa position dans l’idée de prouver sa supériorité. Comme il nous l’expliqua, le combat n’est pas une histoire de gagner ou perdre mais d’entrer en communion avec Aïté pour ressentir et laisser agir le corps en fonction de celui d’Aïté.

S’il est une chose à retenir, je pense que c’est l’idée même de ne pas chercher à reproduire une forme à l’identique mais bien de se concentrer sur ce qu’essaient de nous transmettre nos Senseï. Car bien plus que le résultat, ce qui semble important est la compréhension même des principes d’utilisation du corps qui animeront avec le temps nos techniques. Une notion nous rappelant que le contenu est bien plus important que la forme du contenu 🙂

Voici quelques photos et vidéos sur la venue de Hino Senseï la semaine dernière:

P1000813
K5I_0985

http://www.sakuradojo.be/hino-sensei-en-video-et-en-photos/

Hino-Sensei-Wood

Publicités

3 réflexions sur “Hino Akira Senseï, fusionner avec Aïté et faire vivre la technique

  1. Pingback: Un mois de mai haut en couleur : stages de Kishinkaï Aïkido à Bordeaux, en Normandie, Kishin Taïkaï, Aïki Taïkaï, NAMT et Hino Senseï en Europe | Budo Musha Shugyo

  2. Pingback: Un mois de mai haut en couleurs : stages de Kishinkaï Aïkido à Bordeaux, en Normandie, Kishin Taïkaï, Aïki Taïkaï, NAMT et Hino Senseï en Europe | Budo Musha Shugyo

  3. Pingback: Akira Hino’s book translation by Yuko Takeda | Budo Musha Shugyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s