Ashes and Snow de Gregory Colbert, l’art au service de l’intéraction entre l’Homme et l’animal

Durant des siècles, le statut de l’animal n’a eu de cesse d’évoluer. D’abord domestiqué à des fins utilitaires, il est progressivement devenu un compagnon pour devenir, aujourd’hui, un membre à part entière de certaine famille. L’Homme est d’ailleurs l’une des seules espèces ayant su transcender le cycle naturel de la vie, chasseur/prédateur, pour fraterniser et prendre sous son aile des espèces autres que la sienne.

gregory-colbert_lynx

Néanmoins leur relation est loin d’être unilatéral. Les espèces animales ont joué un rôle majeur dans le développement de l’Homme et sans elles nous aurions certainement connu une évolution bien différente. Que ce soit pour l’agriculture, la guerre, la chasse, ils constituent encore aujourd’hui une source d’inspiration dans l’amélioration de notre mode de vie, la recherche médicale mais aussi les avancés technologiques.

Il y a quelques mois, je suis tombé sur un ensemble de photos mettant en scène cette relation particulière existant entre le monde animal et l’Homme. Les clichés étaient issus de l’œuvre Ashes and Snow dont Gregory Colbert, metteur en scène et photographe de renom, en est l’auteur.

Gregory Colbert

Gregory Colbert

 

C’est en 1992 qu’il entreprend un long voyage autour du monde pour réaliser un ensemble de prises de vue sur le thème de l’interaction entre l’Homme et l’animal. De l’Inde, à la Birmanie, en passant par l’Égypte, l’Éthiopie, les îles Tonga ou encore l’Antarctique, il mit en place une soixantaine d’expéditions, au cours desquelles il collabora avec plus de 130 espèces animales ainsi que plusieurs tributs, parmi lesquelles figurent les moines birmans, le peuple San et nombre de tributs indigènes.

Le monde de la photo est un art complexe et une photographie alliant l’Homme et l’animal rend sans doute le travail encore plus exigeant. Sans doute est-ce une des raisons pour laquelle j’ai été séduit par l’exposition. Mais au-delà de la beauté de ces œuvres, j’ai été touché par l’émotion qui se dégage de chacune d’entre elle. L’auteur a su retranscrire avec justesse le lien profond qui peut lier deux êtres, qui malgré leur différences de morphologies, de communication, de stature dans le tableau de prédation, ont su s’apprivoiser.

10570259_10203991365118974_1270759038967504655_n

Voici quelques photos de l’exposition suivies d’une courte vidéo prise lors du périple de Gregory Colbert en Afrique :

Screen shot 2013-01-14 at 10.27.01 AM tumblr_m95txoL8cC1r4qzi9o1_1280 tumblr_m9ismf22RL1r4qzi9o1_1280 gregory_colbert-ashes_and_snow-image_141 gregory_colbert dee-gregor1 colbert-gregory-ashes-and-snow1 colbert-gregory_ashes-and-snow ashes-colbert-1 ashes-and-snow-gregory-colbert ashes-and-snow-by-gregory-colbert ashes-and-snow-18 ashesandsnow6 ashes-and-snow_03 ashes-and-snow ashes_and_snoww ashes_and_snowcolbert-gregory-ashes-and-snow

Publicités

Une réflexion sur “Ashes and Snow de Gregory Colbert, l’art au service de l’intéraction entre l’Homme et l’animal

  1. Pingback: Ashes and snow: l’image au service de l’harmonisation entre les éléments | Budo Musha Shugyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s