Les femmes et la pratique: Interview de Marie Apostoloff par Aïki Kohaï

A l’heure où les arts martiaux se démocratisent de plus en plus, il est un aspect de la pratique qui est peu abordé et moins médiatisé, il s’agit de la pratique féminine. « Pratique féminine », dans le cadre des arts martiaux, n’est d’ailleurs pas un terme que j’apprécie, car j’estime qu’avec le temps chacun développe une façon propre de bouger, de ressentir. Je ne suis donc pas un partisan de catégoriser les deux dans le sens où, à mes yeux, il existe autant de pratique qu’il y a de pratiquant.

rondaaction

Au sein des sports, cette différenciation prend du sens à travers la notion de compétition et donc la recherche de performances basées sur la technique mais aussi les capacités musculaires. Pourtant, le monde des arts martiaux, quelques soient leurs origines, relatent les histoires d’hommes et de femmes, devenus maître par le développant d’incroyables capacités.

Comme beaucoup, mon enfance a été bercée par nombre de ces histoires, notamment celle de Samouraï aux capacités incroyables que rien ne pouvait arrêter. Au cours du temps, les histoires ont souvent été sensiblement modifiées, exagérées pour devenir les contes et légendes que nous connaissons. Il est donc difficile de connaître le vrai du faux.

Pourtant, malgré les transformations de ces récits, il n’en reste pas moins les témoins d’Hommes ayant eu des capacités au-delà de la norme. Kuroda Senseï est certainement, celui qui m’a le plus impressionné et m’a montré que certaines capacités que l’on raconte sont possibles.

Kuroda Senseï, photo de Frédérick Carnet

Kuroda Senseï, photo de Frédérick Carnet

Lorsqu’on le voit bouger, enseigner, s’exprimer, on a bien souvent l’impression d’avoir un homme d’un autre temps face à nous. Il est d’autant plus impressionnant de voir que plus il avance en âge plus ses capacités s’éloignent du commun. Pourtant, sa pratique n’est pas basée sur un travail de développement de puissance, avec une augmentation des capacités musculaires tel qu’on peut le voir chez un sportif, mais sur une optimisation de l’utilisation du corps, qui met les femmes et les hommes sur le même pied d’égalité. Je n’ai d’ailleurs jamais vu Kuroda Senseï, Kono Senseï, Mochizuki Senseï ou encore Hino Senseï enseigner différemment aux femmes et aux hommes.

Pas plus tard que ce soir, Hino Senseï nous expliquait, durant son séminaire, que sa pratique se basait sur une utilisation du corps qui permet aux petits gabarits de vaincre sans utiliser la force. J’ai tout de suite pensé à la pratique de Kyuzo Mifune.

Photo de Hélène Rasse

Photo de Hélène Rasse

Les femmes, souvent de plus faible gabarit, ont l’avantage sur les hommes de pouvoir rapidement rentrer dans une pratique fine et j’avoue qu’elles m’ont souvent bluffé.

C’est le cas de Marie Apostoloff. Nous  sommes arrivés en même temps sur Paris pour suivre l’enseignement de Léo Tamaki. Coup du sort, où du hasard, il s’est avéré que nous venions de la même région et naturellement nous avons tout de suite accroché.

J’ai découvert une personne agréable, dynamique à l’humour décapant. Deux personnes aux caractères bien trempés, ne pouvaient faire que des étincelles à partir desquelles sont nées une belle amitié mais aussi une grande complicité notamment sur les tatamis. Bien que nous venions de milieux et d’expériences martiales différentes, les échanges avec Marie ont toujours été d’une grande richesse.

Photo de Patrice Demory

Photo de Patrice Demory

Venant chaque soir aux entrainements malgré les heures de trajet, parfois plus longues que le temps passé au dojo, elle est l’une des plus régulières élèves de Léo mais également l’une de ses élèves les plus avancés.

Je vous invite à la découvrir à travers une interview  réalisait par le blogger Aïki Kohaï. Bonne lecture 🙂

Publicités

4 réflexions sur “Les femmes et la pratique: Interview de Marie Apostoloff par Aïki Kohaï

  1. Merci pour cet article super sympa Alex, c’est Marie qui va être contente ! En ce qui me concerne, je suis également ravi qu’on parle un peu de la « pratique féminine » par ci, par là et pas partisan non plus de faire la différence. Mais il est clair que, certains la font, alors il faut en parler plus encore !

    • Salut Aïki-Kohaï,

      C’est une belle interview que tu as réalisé et que je me devais de partager :-). Effectivement, la « pratique féminine » est quelque chose de souvent occultée et les hommes se croient souvent supérieur de par leurs statures physiques. Mais lorsque l’on parle de combat de survie et que l’on sort du cadre de la pratique réglementée, la donne change. Comme je le souligne, je ne crois pas en une pratique masculine et une féminine, mais en des pratiques individuelles, propres à l’expérience de chacun. J’espère qu’un jour, les femmes auront la même place dans le monde martial et dans la société que les hommes, car il n’y a pas les hommes puis les femmes, mais un tout où chaque individualité à son importance. J’espère qu’un jour, elles seront aussi médiatisées que les hommes, et peut être alors que le monde des Budos laissera de la place à ces pratiquantes qui méritent tout autant que les autres de se faire connaître et être reconnue pour leurs niveaux 🙂

      Bonne fin de journée,
      Alex

      • Comme tu l’as deviné, je partage entièrement ton point de vu sur la question. Et c’est un avis qui se renforce chaque fois que j’interroge des pratiquants et des professeurs sur leur façon de voir (même lorsqu’ils viennent de l’autre coté du monde).

        Sans auto-culpabilisation, nous portons tous une responsabilité de l’image que nous donnons de cette question aux générations qui viennent après. J’espère que ces mises en lumière ouvrent de très humbles sentiers pour nous tous. Amicalement,
        Pierre

      • Il faut espérer que les jeunes y seront sensibilisés et que les conditions des femmes, quelque en soit le milieu, se verra égaliser celle de l’homme :-).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s