L’échec, bien plus qu’une défaite, un fondement de la réussite

Lorsque j’ai commencé à pratiquer au Kishinkan Dojo, une des premières choses qui attira mon attention, fut la calligraphie qui ornait la place du Kamiza. J’ai toujours été séduit par la calligraphie, mais celle-ci provoquait une émotion particulière chez moi.

Photo de Johann Vayriot

Photo de Johann Vayriot

Un jour, curieux d’en découvrir un peu plus sur cette toile, j’ai demandé à Léo et Shizuka ce qu’elle signifiait. Son histoire suscita beaucoup de remises en questions car elle abordait un sujet aux antipodes de mon système de pensée. Je vous propose donc aujourd’hui son histoire.

« On raconte qu’au cours de la Chine antique, Chokei, un étudiant en lettres et littérature chinoise, échoua son examen final. Attristé par la nouvelle, il se retira du monde universitaire.

Après plusieurs mois d’introspection, il vint à penser qu’après y avoir consacré autant de temps et d’effort, il ne pouvait se résigner à abandonner. Se nourrissant de son échec pour alimenter et orienter sa réflexion, il entreprit l’écriture d’un poème qu’il présenta de nouveau à son examen. Il obtint son diplôme avec succès et devint un personnage célèbre de la chine antique. »

Devenu un symbole, sa calligraphie parle de la nécessité d’apprendre de ses échecs pour pouvoir les surpasser. Alors que l’échec est souvent vu comme une fatalité, il apparaît au travers de ce poème comme un moteur de la réussite. Il aborde notamment l’importance d’analyser ses erreurs pour s’enrichir et progressivement dépasser l’obstacle qui se dresse devant nous.

échec

Derrière l’échec se cache parfois la réussite

Nous avons tous vécus des moments de doutes, d’échec où le sentiment d’abandon prend le pas sur nos objectifs. Pourtant, comme les grands de ce monde, certains réussissent. Même si la chance intervient parfois pour donner un nouvel élan à notre destin, pour certains leur avancement est le fruit de longues années de travail et de labeur.

Alors que la recherche de victoire est au cœur de notre société, l’échec est généralement vu comme néfaste, improductif. Bien que le résultat représente généralement une fin en soi, nous avons tendance à lui accorder une trop grande place.

Un célèbre proverbe de Confucius, nous dit que « l’important n’est pas de ne pas échouer mais de s’élever à chaque fois que l’on échoue ». Cette phrase met en avant l’importance de notre démarche personnelle.

La réussite nous laisse bien souvent un sentiment de satisfaction, nous éloignant de toute remise en question. Pourtant l’échec nous offre cette chance de pouvoir nous arrêter quelques instants sur notre vie, sur nous même. La vertu de l’échec serait alors de nous offrir un moment d’introspection pour pouvoir continuer d’avancer, de nous élever.

265082_585076868175390_1180589800_n

Parce qu’une victoire nous aveugle sur nos failles, l’échec constitue une de nos plus grandes leçons de vie. Bien plus que la victoire, la persévérance est aujourd’hui à mes yeux une qualité, souvent intimement liée à ce que nous seront demain.

Parce que bien souvent la réussite est une succession d’échec, peut être que derrière chacun d’eux se cache le succès 🙂

« Les succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme » Wiston Churchill

Merci à Léo et Shizuka qui ont rendu ce post possible 🙂

Photo de Johann Vayriot

Photo de Johann Vayriot

Publicités

23 réflexions sur “L’échec, bien plus qu’une défaite, un fondement de la réussite

  1. Konbanwa Alex,

    Un excellent post sur un des problèmes majeurs de notre société et qui se retrouve à tous les échelons et qui touche tous les âges!

    Si cela pouvait en faire réfléchir quelques uns!

    Mata ne.

    Jean Luc

    • Konbanwa Jean Luc,

      Ce sujet me tenait à cœur car c’est un problème que je rencontre énormément dans mon domaine professionnel, où la spirale de l’échec entraine beaucoup d’élève vers un avenir des plus sombres. C’est également quelque chose que j’ai longtemps eu du mal à comprendre. Compétiteur et désireux de dépasser tout le monde, j’ai longtemps été guidé par mon Ego, refusant tout échec et considérant celui-ci comme une défaite. Pourtant c’est avec ce genre de pensée que le monde se divise aujourd’hui. Peut-on espérer vivre un jour dans un monde où chacun aura la possibilité de s’épanouir malgré les obstacles de la vie, dans le partage et l’enrichissement au travers des différences?

      Mata ne,
      Alex

      • Tout à fait d’accord avec ton analyse, j’ajouterais juste que l’éducation ( parents , enseignants , encadrants sportifs etc…voire professionnels de la Com ) est essentielle pour que l’échec puisse servir de tremplin , il faut donner aux enfants le droit à l’erreur .
        Et également ,mettre davantage en valeur, la réussite de gens qui s’accrochent , » ne lâchent rien  » malgré un parcours difficile. Là, les médias ont leur rôle à jouer !

      • Bonsoir Danielle,

        Je suis d’accord avec toi. L’éducation est un élément fondamental, néanmoins on est loin de sortir d’un système de notation et de concours, qui favorise la notion de réussite et de compétition. Mais, en effet, chaque adulte référant à son rôle à jouer dans ce processus. Pour ce qui est des médias, même s’ils ont un gros rôle à jouer, je crains malheureusement que ce ne sera pas avant longtemps :-(. Mais chacun à son petit niveau peu apporter sa pierre à l’édifice 🙂

        Bonne soirée,
        Alex

  2. Je sais très bien que c’était un problème qui te touchait de très près! Ne serait-ce que lorsque tu te préparais aux compétitions avec Thomas, Michel ou Romain lors des entraînements spécifiques au Dojo. Mais bon, tu a évolué dans le bon sens en prenant un peu d’âge et aussi grâce à ta profession!
    Malheureusement, le système actuel a diabolisé l’échec, la défaite sans tenir compte du fait que chacun a des possibilités différentes et que tout le monde ne peux être vainqueur! Ce comportement est exacerbé dans le sport professionnel et dans le monde du travail qui souvent prend comme référence ce qui se fait en sport professionnel! Si encore, c’était les bons côtés du sport qui avaient été pris en référence!

    • Konbanwa Jean Luc,

      Effectivement chacun a des possibilités différentes mais je pense que si chacun est à l’écoute de soi, de ses envies et de ses capacités, tous le monde peu réussir. Le tout est de se dire que la victoire n’a pas vraiment de sens, car ce qui est une victoire pour les uns, ne l’est pas forcément pour les autres. Au final qu’est ce que l’échec? qu’est ce que la victoire? Tant que chacun avance à son rythme et voit en « l’échec » un moyen de progresser, « l’échec » laisse petit à petit la place à la victoire sur soi-même. L’avancement par rapport à soi et non par rapport aux autres est certainement le plus important 🙂

      Mata ne,
      Alex

  3. salut!
    merci pour ce th
    ème…alors à chaud…!
    ce thème qui renferme de grandes charges émotionnelles, donc au poids existentiel de la vie, que ce soit en tragédie de l’échec/défaite (surtout après un long et laborieux projet) ou en exultation de réussite/triomphe.je vous rejoins dans le sens où l’homme forge ses capacités intrinsèques à faire face aux vicissitudes de la vie.
    Là, je déborde un peu, quelque part dans le bêtisier de ma jeunesse, j’ai encore en mémoire cet extrait: « entrez dans la défaite, le triomphe vous accueillera, car nul n’est fort sans être faible et nul n’est faible sans être fort » car comme dirait l’autre: « l’important dans un combat n’est pas forcément de gagner, mais d’y participer ».
    D’ailleurs dans le fameux poème de Rudyard KIpling, traduit en français par André Maurois: »Tu seras un Homme mon fils » on retrouve admirablement et justement le dur métier de l’homme.
    salut

    • Salut Akli,

      Merci pour ta lecture et pour ton apport. Le poème de Rudyard Kipling est magnifique et tombe à point nommé dans le thème. Je te rejoins, en effet « l’important dans un combat n’est pas de gagner mais d’y participer », je dirais même que l’important est de garder à l’esprit que dans chaque victoire ou échec, il est important de faire une introspection. L’un comme l’autre font de nous ce que nous serons demain. Au final on peut se demander quel sens on la notion de victoire et d’échec? cela reste bien subjectif, car ce qui est une victoire ou un échec pour les uns ne l’est pas forcément pour les autres.

      Bonne soirée,
      Alex

  4. Bonsoir Alex,
    Lorsque j’ai acheté mon bokken chez masamune j’en avais essayé plusieurs dans le dojo derrière … je me rappelle avoir été fasciné par le kamiza…. ce Kamiza… énOrme cet article qui vient réveiller ce souvenir et aborde en plus du même un thème FONDAMENTALE!!!
    Merci 😉
    Remi

    • Bonsoir Rémi,

      Je vois que je ne suis pas le seul qui est été marqué par ce Kamiza :-). Une très belle calligraphie qui, au delà de la beauté, est une vrai source d’inspiration.

      Amicalement,
      Alex

  5. Dans le même genre, tu as la lettre de Darrel Royal, entraineur de l’équipe universitaire du Texas. Bien connu des pratiquants ou amateurs de football américain. Tu feras un petit coup de google si tu l’as veut en entier. En gros il reprend l’historique d’un homme politique américain un peu connu et fini en ces termes « Ce que vous devez vous demander en permanence, c’est ce que vous devez faire une fois plaqué au sol. Allez-vous vous morfondre dans l’insatisfaction, ou vous relever, brûlant d’une envie neuve ? Cet automne dans les stades, personne n’échappera au moins une ou deux fois au goût de l’humiliation. Jamais aucun joueur n’a pu éviter tous les placages. Vous devez seulement savoir que l’élite se relève rapidement sans effort, que les joueurs de base se relèvent peu après mais trop tard, et que ceux qui restent à terre, ceux-là demeureront à jamais des perdants. ».

    • Salut Yaël,

      Un de mes entraineurs en Psychologie du sport m’avait donné la référence de la lettre de Darrel Royal. Merci pour ce petit rappel, un très beau texte qui est souvent une référence dans le milieu du sport de haut niveau 🙂

      Amicalement
      Alex

  6. Belle article sur la place de l’échec dans notre vie. La notion d’échec évolue dans notre vie. Je pense, que si on prend du recul, il y a très peu d’échecs dans la vie et qu’il faut replacer ces échecs dans son parcours de vie. Les échecs amènent à des chemins différents avec des points positifs et négatifs différents. Quand j’étais étudiant, j’ai raté un concours que je pensais très important pour mon avenir professionnel… avec du recul, c’est une chance, car si j’avais eu ce concours, je n’aurai pas rencontré ma femme et je n’aurai pas eu mon fils, je ne serai pas dans mon travail actuel, je n’aurai pas rencontré un ami qui m’a fait découvrir l’aikido, … mais cela ne veut pas dire que je n’aurai été pas heureux (ou plus heureux) si je n’avais pas eu mon concours… j’aurai eu une vie différente, des amis différents et surement une personnalité différente.

    • Bonsoir André,

      Merci pour ton apport très intéressant. Je suis d’accord quand tu dis qu’au final après analyse et un peu de recul, il y a peu d’échecs dans la vie. Parfois, Je me dis même que lorsque l’on prend le temps de réfléchir sur un « échec » pour progresser, grandir et que celui-ci nous permet de rebondir, « l’échec » existe-t-il vraiment? 🙂

      Bonne soirée,
      Alex

  7. Le cheminement peut se faire avec ou sans « échec ». Peu importe nos croyances, droit à l’erreur ou pas, là encore c’est le chemin souvent qui compte davantage que l’arrivée.
    « Méfies toi, si tu demandes ton chemin à quelqu’un qui sait, tu risques de ne pas pouvoir te perdre. »
    Alors l’échec, sur le tapis, dans la vie, n’est qu’une façon de considérer le fait de ne pas obtenir ce que l’on souhaite (ce qui est parfois une chance), une pause, un ralenti, une bifurcation, pas nécessairement un arrêt total.

    • Bonsoir Lô,

      merci pour ton commentaire, je te rejoins sur l’idée. Je crois que même si l’on a un parcours semé d’obstacles, si l’on reconsidère l’échec comme un moyen de progrès, d’évolution est non comme une défaite, au final l’échec n’existe plus vraiment. Personnellement, malgré des ratés dans ma vie, avec le recul je n’y voit aucun échec, seulement des moments de ma vie qui m’ont permis d’avancer et devenir ce que je suis ou serais demain 🙂

      Bonne soirée,
      Alex

  8. Si j’avais réussi ma prmière entreprise au sortir de l’Université de LOmé (TOGO), je n’aurais pas eu la chance d’aller en aventure à Cotonou où j’ai découvert l’idée d’affaires qui fait de moi aujourd’hui le N°1 des jeunes entrepreneurs à succès de mon Pays.
    C’est une question de coeur. le courage d’avancer encore en un pas, afin de découvrir ce que l’Univers veut nous révéler de meilleur !!!

    • Bonjour Adamas,

      Merci pour ta lecture et ton partage d’expérience.Je te souhaite plein de réussite dans tous tes projets.

      Au plaisir de te rencontrer,
      Cordialement.
      Alex

  9. Pingback: Singularité technique, s’adapter en toutes circonstances | Budo Musha Shugyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s