Réactions face à une scène d’intimidation

Au travers de nos pratiques martiales respectives, il est intéressant de voir qu’au-delà du travail sur l’optimisation de l’utilisation de notre corps, nous travaillons également sur l’apprentissage et l’application de techniques combats.

Pourtant, malgré les différents moyens d’apprentissage par lesquels nous passons (de l’entraide à l’opposition, en passant de situations de bien être à des situations éprouvantes psychologiquement et physiquement), il est difficile de dire comment nous réagirions dans la rue….

agression

Il y a quelques mois, Léo publiait un post sur une caméra cachée destinée à filmer la réaction de personnes se retrouvant face à une simulation de meurtre. Les conclusions en étaient effrayantes :

« Il n’est pas non plus possible de savoir si les réactions visibles sont proportionnellement représentatives du total, mais je dois avouer que j’ai été surpris du nombre de personnes tentant d’agir.  

On parle en anglais des 3F, freeze (être figé), fly (fuir) et fight (combattre). On retrouve dans cette expérience ces trois types de réactions, mais aussi une quatrième, l’hésitation.

Un autre élément notable est le fait que, parmi les personnes qui agissent, il y ait une proportion élevée de femmes, et peu d’hommes jeunes. S’il est heureux de voir que des personnes n’ayant pas un avantage physique agissent, il est triste de voir que beaucoup de ceux qui sont dans la force de l’âge et ont le plus les moyens de faire face se défilent… »

Avant-hier, a été mise en ligne une vidéo du même genre, destinée à une étude sociale du comportement humain, devant une scène d’intimidation:

 

Alors que cette fois-ci, le danger est en apparence moins grand que face à un agresseur armé, j’avoue avoir été encore plus surpris de l’indifférence que les personnes peuvent avoir à l’égard d’une personne se faisant bousculer, voir frapper, dans un lieu public.

Il  est encore une fois, difficile de dire si les réactions sont représentatives du total, néanmoins on y retrouve encore une fois plus de femmes qui réagissent par rapport aux jeunes hommes.

Même s’il est triste de voir de nouveau des personnes sortir le portable pour filmer ou des passants continuer leurs chemins comme si de rien n’était, comment réagirions nous si une telle situation se présentait à nous ?

Publicités

6 réflexions sur “Réactions face à une scène d’intimidation

  1. Merci pour la vidéo Alex. Très intéressante. Par contre, je ne suis pas tout à fait d’accord avec ta conclusion. Je trouve beaucoup plus triste les gens qui passent comme si de rien n’étaient que celui qui commence à filmer et interrompt ainsi « l’agression ». Quand au fait de se demander comment nous réagirions, en étant un peu attentif à son environnement, je pense que presque chacun a eu l’occasion de voir en vrai comment il réagit…

    A bientôt,
    Simon

    • Salut Simon,

      En fait ce qui me semble important, tout comme dans la pratique et la vie de tous les jours, c’est l’intention. Si l’homme a sorti le portable dans l’idée d’avoir une preuve ou stopper l’agression pourquoi pas, et c’est tout à son honneur. Néanmoins le net est bondé de vidéo où l’on film quelqu’un se faire agresser, frapper etc… Je ne crois pas que la plupart des gens le font pour stopper l’agression. Je trouve tout aussi malsain de filmer ce genre de situation sans réagir, en étant passif, pour le plaisir de montrer le lendemain ce à quoi on a assisté :-).
      Pour ce qui est des réactions, après c’est un avis perso car ce genre de situation m’irrite assez vite et je me suis vu de nombreuses fois intervenir, néanmoins suivant le contexte, la journée que l’on a passé, les réactions pour une même personne sont très diverses. Alors que je n’hésite jamais, l’an dernier je rentrais du dojo avec Thomas, nous nous sommes assis dans le train et une femme a crié dans notre wagon. Demandant de l’aide, nous nous sommes retourné pour voir ce qui se passait et un homme est passé devant nous en courant avec le sac de la pauvre femme. Pris de surprise, le temps que nous réagissions l’agresseur avait pris la fuite :-(. Je discutais avec un ami ce weekend, qui me disait qu’il y a peu de temps il avait assisté à une scène d’agression. Sa première réaction a été de se dire « j’y vais », puis il a pensé à sa femme, ses enfants et c’est dit que si cela tourné mal, il ne pouvait pas se permettre de les laisser. Du coup, cela à stopper son élan. Suivant le moment de notre vie, les phases dans lesquelles nous nous trouvons, nos réactions peuvent être bien différentes :-).

      En espérant te croiser bientôt sur le tatami,
      Amicalement,
      Alex

  2. Salut Alex,

    Effectivement, tout est question d’intention. Je n’ai pas revisionner la vidéo, mais il me semble que le gars dit qu’il filme pour avoir une preuve. Sinon, je suis d’accord avec toi, celui qui ne filme que pour mettre sur youtube mérite quelques bonnes baffes…

    De nombreuses fois ? Rappelle moi de ne pas venir habiter sur Paris ^^

    Je pense que tu résumes assez bien ce que je pense et que j’ai pu constater personnellement aussi : la réaction peut être très différente suivant le moment.

    Je l’espère aussi,
    Simon

    • Salut Simon,

      Paris est une belle ville, l’embrouille est au coin de la rue seulement à celui qui l’attire ou là cherche :-). J’ai d’ailleurs eu moins de conflit à Paris que dans ma vie en province ^^. Disons que quand on veut jouer un peu trop les héros, et qu’on ouvre trop sa bouche on trouve toujours quelqu’un pour y répondre… Ah la fougue de la jeunesse XD

      A bientôt,
      Alex

  3. Bonjour Alex
    Pour mettre un cailloux en plus parmi les commentaires sur le lien de Léo Tamaki que tu laisses, et ici.
    Je ne sais pas trop si les 3 réactions de Laborit sont directement liés dans ces cas. Car ils ne concernent pas le cerveau attaqué. Il doit, pour moi du coup y avoir de l’empathie envers la « victime ».
    Pour commencer, la réaction est certainement lié à un chemin cognitif forgé et inconscient. Comment agir quand on a été traumatisé par les « excès » d’un parent qui ne pense pas à Elever mais plutôt à dompter son enfant par les cris ou autres coups par exemple??
    Ensuite l’angle de vue pris forcément par notre intérêt de nos différentes pratiques martiales? Chacun en plus pratique suivant son histoire et sa volonté, de vouloir savoir se défendre ou à être fort ou encore évoluer psychiquement par le corps, ou appartenir à un groupe valorisant ou etc. Par exemple, dans mon histoire personnel, je suis sensible à ceux qui on faim, j’agis de ma petite personne et ajoute une goutte dans le fossé qui m’est le plus proche. Pourtant combien de milliers de gens passent devant ce SDF qui est dans une situation réelle aussi d’urgence? La vidéo serait moins impressionnante peut être car tellement connu de ceux qui évitent de regarder le clodo…
    Du coup, cela me fait penser aussi au mensonge ou à ce qui sonne faux. En effet, ce qui est difficilement remarquable c’est la sensation que ça laisse aux témoins: c’est à dire est ce que les acteurs sont crédibles pour le cerveau qui voit les petits détails inconscients? N’est pas qui veut être bon acteur dans la peur ou la mort (cf Marion Cotillard dans Batman lol), comme celui qui rentre le soir dans la cour des miracles, brocouille car il ne savait pas faire pitié lol.
    Bien sûr cela n’empêche pas de se poser la question sur sa propre réaction.
    Mais les 2 vidéos ont quand même une différence notable. C’est la parole.
    Dans l’ascenseur il étrangle sans mots et dans le campus il y a une agression malgré tout verbale. Pour le deuxième je vois du coup plutôt une personne qui sait ce mettre en spectacle et qui crie fort et celui qui intervient quelqu’un qui sait aussi intervenir devant les autres et imposer le respect dans son territoire, comme le gorille dominant qui est agacé par une chamaillerie, rituel quand tu nous tiens lol. Anecdote: Jeune, j’étais celui qui se mettait en retrait quand mon pote s’embrouillait pour une fille, il est suffisamment aguerris et costaud (c’est mon pote quand même lol) pour gérer mais je surveillais les autres pour détecter celui qui ne voulait plus jouer. Qu’est ce j’aurais fait de plus? j’en sais rien ça n’a jamais dégénéré.
    Tout ça pour dire que je regardais sans trop d’intérêt ces vidéos car par le montage vidéo, les meilleurs moments etc on fait dire ce qu’on veut à la vidéo. Mais c’est ce sentiment de « tristesse » des commentaires envers ceux qui ne font rien qui m’a interpellé.
    P’tain si je devais être triste pour celui qui ne fait rien pour les milliers d’enfants qui crèvent la dalle et en plus je sais que mon histoire ne me permet pas d’avoir suffisamment d’empathie pour agir pour cet enfant qui est obligé de prendre le fusil pour la guerre…
    Cela me pose des questions sur la compassion.
    J’exagère: mais effectivement ces vidéos et les commentaires des participants «  » »m’aident » » » à savoir où je suis, qui je suis, de qui je viens et comment faire. 😉
    Merci
    Ian

    • Salut Ian,

      Merci pour ton commentaire. Je rejoins en partie ton sentiment. Mais si une vidéo ne montre que ce qu’elle veut, si l’on passe au dessus du réalisme, ou non, de la vidéo, par expérience de ce genre de situation, qui ne représente qu’une infime partie de ce qui arrive tous les jours, les gens ont tendance à s’arrêter pour regarder sans réagir. Ce que j’appelle curiosité « malsaine ». Par exemple, une fois à la sortie de mon université, j’ai vu une personne se faire agresser par une douzaine de personnes. Le ton est monté puis petit à petit les choses se sont envenimées jusqu’à atteindre un point de non retour où les agresseurs ont commencé à frapper la victime. Un phénomène de foule s’est mis en place, formant un grand arc de cercle de passant se demandant ce qui se passait et restant là spectateur. Encore jeune est fougueux, je n’ai pu m’empêcher de venir me mêler au conflit. Je ne connaissais pas les raisons de l’agression mais le surnombre me mettait hors de moi. Malgré tout, personne n’a bougé, et quelques portables était sortis pour filmer. Je te laisse imaginer la suite des évènements, à 12 contre 2… Et dans ce genre de cas j’ai souvent vu des personnes rester là à regarder. Néanmoins suivant les histoires personnelles, je comprends que certains ne réagissent pas. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.
      Par contre je te rejoins sur ce sentiment de tristesse. Personnellement, je n’éprouve rien pour ces personnes qui ne font rien. D’une part du fait que comme tu le dis on ne connait pas les raisons de leurs silences, d’autres par car mon côté « aider les autres et grandir ensemble » me ferait plus pencher vers une certaine de colère envers ceux qui reste là, spectateur. Mais ne connaissant pas ces personnes, loin de moi cette idée, il doive avoir leur raison. Si je résume, j’éprouverais plus de tristesse du fait que personne ne se bouge, et donc de la situation, que de la tristesse pour ces gens spectateurs, comme je suis énormément touché par les situations que tu décris sur les SDF, les enfants et beaucoup d’autres sujets d’actualités 🙂
      Après, ce genre de sujet amène chacun a apporter son avis, sa pierre à l’édifice, qui je l’espère apporte à chacun une source de réflexion 😉

      Bonne soirée,
      Alex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s