Les maîtres des temps modernes: témoins d’un héritage et d’un haut niveau d’expertise

Alors que je suis sur le chemin du retour, mes pensées vagabondent au gré des sensations éprouvées cette dernière semaine.

Playa de Valencia :-)

Playa de Valencia 🙂

Ce ne sont pas moins de 36h de pratique à Valencia, au cours desquelles Kuroda Senseï

insista sur les bases de son école telles que Musoku no Ho, la théorie du maximum et du minimum et bien d’autres.

Une pratique austère de part la finesse, la subtilité et la précision de son travail qui nous pousse à puiser au fond de nous même. Une recherche de prise de conscience de notre corps, des mécanismes internes permettant de nous mouvoir dans le cadre des Bujutsu.

Un instant rare d’une grande richesse

Loin de tout repos, le stage de Kuroda Senseï, de part l’attention que le travail de proprioception corporelle sollicite, est de loin un des stages les plus épuisants psychologiquement que je connaisse.

tetsuzan-kuroda-pratiquant-le-iaijutsu-1

Kuroda Senseï

Je discutais par mail il y a quelques temps avec un jeune passionné qui ne voyait pas d’intérêt à suivre un Senseï seulement quelques fois par an. Si je fais un calcul rapide, cette année, nous aurons pratiqué avec Kuroda Senseï  101h en comptabilisant le voyage au Japon. Ce qui correspond à peu près à une année d’entrainement pour un pratiquant lambda venant s’entrainer deux fois par semaine pendant 1h30.

Néanmoins je reste persuadé que ce n’est pas le temps et la durée de travail qui font de nous de meilleur pratiquant. Certaines personnes progressent plus rapidement que d’autres, à certains moments cette tendance s’inverse. Il dépend surtout de notre disponibilité et du moment dans lequel nous nous trouvons dans notre progression.

Pour citer Kuroda Senseï : « il vaut mieux faire 50 Suburi lentement et bien réalisés, que 1000 Suburi mal exécutés ».

kuroda-3_op_624x416

Mais le contact auprès de maîtres est à mon sens une chance car ils sont les témoins d’un héritage et d’un haut niveau d’expertise. Une rencontre qui permet de palper  l’ambiance de leur pratique. Et je dois dire que se retrouver face à Kuroda Senseï durant un exercice ou un kata reste une expérience particulière XD.

Un stage d’été qui se termine quand d’autres vont commencer, un moment privilégié qui s’achève en prévision des prochains, un instant de partage qui, j’en suis sûr laissera des traces dans la pratique et la vie de chacun d’entre nous. 🙂

Photo prise sur le chemin du retour

Photo prise sur le chemin du retour

Photo prise sur le chemin du retour
Publicités

2 réflexions sur “Les maîtres des temps modernes: témoins d’un héritage et d’un haut niveau d’expertise

  1. Konbanwa Alex,

    Entièrement d’accord avec toi!
    Parfois, il suffit d’une simple rencontre de quelques heures avec un très grand Sensei pour que toute notre pratique change ou s’éclaire!

    Mata ne.

    Jean Luc

    • Konnichiwa Jean Luc,

      Le partage et les rencontres me semblent être un point déterminant dans notre propre évolution, alors quoi de plus beau que d’aller à la rencontre de grand Senseï pour s’enrichir et grandir 🙂

      Mata ne!
      Alex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s