La spiritualité selon Jim Carrey, l’Ego un frein dans l’apprentissage et notre progression personnelle?

Le culte de la performance

Le sentiment humain est une des choses les plus complexes qui puissent exister. D’une part car cela appartient à une individualité. Chacun d’entre nous est différent, possède un vécu, une histoire personnelle. D’autre par il s’offre a nous une multitude de situations variant selon le contexte et vécues différemment selon les individus.

emotion

Toutefois une émotion se retrouve généralement chez chaque personne, exprimée de diverses façons et pour diverses raisons. Ainsi l’Ego me semble être un des sentiments qui prédomine chez l’homme.

L’Ego…

Ce sont chaque jour quelques milliers de magazines, d’émissions, de discours qui diffusent au travers l’idée de victoire, de perfection. Que ce soit au niveau de la politique, du culte du corps, des activités sportives, professionnelles ou de notre quotidien, le monde est régi aujourd’hui autour du culte de la performance.

USAIN BOLT SE QUALIFIE FACILEMENT POUR LES DEMI-FINALES DU 100M

J’essaye actuellement de m’éloigner  de cet univers, qui fut mien durant des années. La compétition scolaire, les compétitions sportives, les études dans le monde du sport. J’avoue éprouver  toujours un certain plaisir à la compétition. Alors je me demande quel phénomène nous pousse intérieurement à organiser nos actes autour  de la comparaison et domination sur autrui ?

L’Ego, un bien grand mot pour de multiples définitions. Pour moi il s’agit d’un sentiment qui nous conduit vers l’envie de gagner à tout prix, par fierté par envie de montrer que l’on est au dessus du lot. Il est d’ailleurs défini dans le Larousse comme un « nom donné au moi conçu comme « sujet personnel ». Il correspond à une fixation sur soi souvent représentative d’un manque de confiance en soi et d’une recherche continuelle de domination.

wanderleistare

L’envie d’être meilleur, un avantage mais aussi un frein dans l’apprentissage

L’Ego fait partie de nous. Il est moteur pour beaucoup d’individus et permet parfois de se surpasser pour avancer. Lorsque l’on n’arrive pas à reproduire une forme, il y a ceux qui abandonnent par désintérêt face à la difficulté présentée (chose qui arrive peu chez un bon professeur censé proposer une problématique atteignable chez chacun de ses étudiants) et ceux qui persévèrent, refusant obstinément de ne pas réussir.

perseverer_m

Persévérance

Néanmoins, il s’avère que cette envie pose également un frein dans la progression. Système de comparaison à autrui, l’Ego interfère dans l’apprentissage en nous poussant à vouloir être efficace directement, meilleur tout de suite, centrant notre attention sur le résultat plutôt que le cheminement.

Paradoxal  pour des pratiquants de Budo que de vouloir aller directement au résultat alors qu’il s’agit bien souvent d’un processus d’une vie…

Il s’avère que dans les dojos où je me suis  rendu, les plus prometteurs sont généralement les gens dépourvus de ce sentiment sur le tatami. Loin de la compétition souvent par désintérêt, leur pratique est accès sur la réalisation et la compréhension ultime du cheminement. Préfèrent travailler lentement pour pouvoir comprendre avant d’appliquer leur travail sur des situations plus complexes, ils progressent parfois bien plus rapidement que chacun d’entre nous.

Certains diront, « oui mais chercher à se concentrer sur le cheminement plutôt que le résultat, les empêche d’être efficaces en travail d’opposition car ils n’ont pas l’habitude de travailler en puissance etc… » Peut être, peut être pas… Une chose est sûre c’est qu’à long terme leur réflexion me paraît plus riche et ceux-ci atteindront certainement les sommets alors que notre Ego nous aura retenu au pied de la montagne…

himalaya_3

« L’urgence de la performance peut être tel qu’on est prêt à sacrifier un avenir physique, relationnel, social, par le bénéfice d’un présent éphémère » P. Baudry, « Le corps extrême, approche sociologique des conduites à risques », 1991

Etre ou ne pas Etre Ego… ? Là est la question !

L’envie d’être meilleur  présente quelques points positifs malgré tout,  lorsque l’on se compare à soi. Néanmoins, certains reproduisent une forme plus rapidement que d’autres, certains sont plus sensibles à l’apprentissage par observation, d’autres apprennent plus facilement dans l’action, alors plutôt que de chercher à être au dessus des autres je pense qu’il est bon de pouvoir être heureux de la progression de ses camarades de route pour apprendre et grandir à leur côté d’eux et non se bloquer en étant, en quelque sorte, contre eux…

Parce que l’Ego est à mon sens néfaste dans les relations humaines je pense que notre plus grand adversaire n’est pas l’autre mais reste nous même. C’est un combat de tous les instants.

Je pense qu’il est important d’apprendre à partager pleinement plutôt que de chercher à être meilleur qu’autrui. Parce que l’autre nous renvoie l’image que nous dégageons nous avons au final plus d’intérêt à apprendre et partager plutôt que se comparer et rentrer dans un jeu de compétition.

« L’ego est un je d’enfant », Denys Lessard, « L’enjeu des mots »

confiance_en_soi-1321308605

Quand l’Ego rompt les liens qui existent entre les êtres vivants

Voici une vidéo de Jim Carrey qui a suscitée cette réflexion. Connu pour le comique et les performances de son jeu d’acteur, il nous présente ici la vision qu’il a sur l’Ego et la vie. Une interview réalisée à l’occasion de sa venue en France pour la promotion du film « Le nombre 23 ».

Publicités

5 réflexions sur “La spiritualité selon Jim Carrey, l’Ego un frein dans l’apprentissage et notre progression personnelle?

  1. Yo !
    L’égo et en effet ce qui crée la séparation. Utile dans la formation d’un être humain dans les premiers stade de sa vie, il se doit d’être silencieux pour être un adulte véritable. La ou il y a ego , il ne peut y avoir de partage réel. l’ego crée toujours une image des choses et non de ce qu’elles sont. Un adversaire de taille car les hommes sont et restent bien souvent …
    Ego en droits.
    T.

    • Salut Tanguy,

      Je te rejoins là dessus, l’Ego fait partie de notre construction personnelle et peut être bien utile parfois. Mais il s’avère qu’il nous donne une vision erronée des choses qui nous entourent et nous éloigne souvent les uns des autres. Un vrai combat de tous les jours avec soi car qui n’en a pas? ta dernière phrase résume bien la situation, car au final, beaucoup de problèmes ne sont qu’une question d’Ego…

  2. Salut Alex,

    Depuis que j’ai commencé à travailler avec Léo, ce doit être le sujet sur lequel il m’a le plus souvent « tapé sur les doigts ».

    Formée, je dirais même « formatée » dans un cursus compétitif, pas sportif dans mon cas, mais scolaire puis professionnel, je n’ai, jusqu’ici jamais su faire autrement que de vouloir toujours être la meilleure dans tout ce que je faisais (et corollaire inévitable, de recevoir les médailles qui allaient avec).
    Même dans les sports que je pratiquais, je ne concevais rien qui ne soit pas à finalité compétitive.

    J’ai eu la chance (ou peut-être la malchance, à bien y réfléchir) d’y réussir, le plus souvent.
    Du coup, c’était devenu un mode de vie et de pensée.

    On en vient même, sans se l’avouer, à laisser de coté, des choses qu’on aimerait faire, mais dans lesquelles on sent qu’on ne sera pas le meilleur.

    Et puis vient un jour où, l’âge aidant, on ne peut plus être le meilleur, même à force de volonté.

    Et puis vient un jour, également, où, ces choses qu’on a envie de faire, mais dans lesquelles on sait qu’on ne sera jamais le meilleur, deviennent plus importantes que les autres, vitales, même.

    Alors, là, il faut arriver à déprogrammer le logiciel qui commence, d’ailleurs, sérieusement à « bugger ».
    et c’est difficile et très long.

    Ce qui était le naturel, reprend le dessus, si facilement.
    Je me surprends encore, très (trop) souvent à retomber dans ce mode de fonctionnement.
    Maintenant, je m’en aperçois et j’accepte de le voir: c’est un progrès 😉

    Dans ces moments là, j’entends, dans ma tête, la voie de Léo qui me dit (une fois de plus ;-)) :
    « MANQUE D’HUMILITE ! »
    « Arrête de vouloir tout faire parfaitement (ou de ne pas faire) :
    Fais même si ça n’est pas parfait et, dans ces conditions là, seulement, tu progresseras »

    … et là, mon cher Ego, que je n’avais pas vu venir, je me le prends en pleine face ;-(

    et je me dis qu’il y’a encore du boulot, pour arriver à être le meilleur dans l’acceptation de ne pas être le meilleur 😉

    Françoise

    • Salut Françoise,

      Je comprends tout à fait ton ressenti. Ayant eu un cursus universitaire autour du monde sportif, j’ai très jeune intégré le monde de la compétition. Dès l’âge de 5 ans j’ai commencé les compétitions de judo, puis de boxe pour ensuite continuer ce chemin en Yoseikan et toutes activités que j’ai entrepris. Pendant très longtemps la comparaison a été un leitmotiv. Et je dois dire que j’ai souvent eu de la chance, flattant régulièrement mon égo… 😦

      Malheureusement, la compétition divise les esprit, les gens. Je me rends compte aujourd’hui que si nous désirons avancer c’est ensemble que nous y arriverons. Cela commence par une remise en question de soi et son ego. Je suis loin d’y arriver. Mais je pense qu’en avoir conscience et déjà un premier pas vers le progrès :-).

      Je pense qu’il faut chercher à avancer et à être en compétition avec soi même, ses émotions, ses doutes et les surpasser. Avancer pour soi et non par rapport aux autres pour être meilleur. Mais aussi avancer avec et non contre autrui. Qu’est ce qu’être meilleur au final? N’est-ce pas une notion temporaire et éphémère dénuée de sens à notre époque?

      Comme le disait Osenseï:

      « le budo est l’œuvre de l’amour. Ni combat ni meurtre, le budo est le don de la vie, la création, la construction la recherche de la perfection. Rien ne peut exister sans l’amour, et la plus grande force de l’amour est la protection de la vie. La voie de l’aïkido est une manifestation de l’amour.

      Il n’y a pas d’ennemi dans le budo véritable »

      Bonne soirée,

      Alex

  3. Pingback: 2ème partie, l’instinct de survie: réaction comportementale face au danger | Budo Musha Shugyo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s