On ne jouit bien que de ce qu’on partage

La vie réserve parfois des surprises. Il y a un an quand je suis monté vivre sur Paris, j’ai tout d’abord été touché par la misère qui y règne au détour de chaque rue. Bien que j’ai à plusieurs reprises pu voir des personnes en difficulté, des personnes vivre dans la rue, j’ai été choqué par l’indifférence des gens vivant au sein de la capitale.

SDF-projet6-545x363

Au départ j’ai commencé par offrir régulièrement un présent lorsque j’avais quelques pièces sur moi. Mais avec le temps, j’ai commencé à moins donner. Pas que je n’en n’avais plus envie mais ce phénomène étant très présent, on pourrait passer ses journées à aider les personnes en difficulté.

Je m’étais amusé il y a quelques temps à calculer combien j’avais pu donner en un mois, cela s’approchait d’environ une quarantaine d’euro dans le mois. Mais outre la somme que cela peut représenter, ce phénomène est parfois pesant tellement la demande est grande. Rares sont les passages sur Paris où notre générosité n’est pas sollicitée dans le métro, dans la rue, à l’entrée des magasins.

SDF-article

Néanmoins je ne pouvais me résigner à les ignorer. J’avais donc pris la décision cette année de passer Noël au Resto du cœur afin de pouvoir apporter un peu de réconfort à ces personnes dont l’existence a connu un renversement. Et malheureusement la crise ne fait qu’augmenter cette tendance. La vie en décida autrement et je ne pu réaliser ce projet cette année.

Il y a environ un mois, en attendant de prendre mon train je suis allé au fastfood manger avant mon départ  en weekend. Sur le chemin je croisais le chemin d’un jeune couple de SDF. En premier lieu je ne me suis pas arrêté mais une fois franchi la porte du restaurant, je gardais en tête leur visage.

Le fait d’aller manger juste à côté de leur lieu de vie, me dérangeait de plus en plus, allant jusqu’à avoir des remords d’aller  me payer le luxe du fastfood, surtout quand on voit la nourriture… Décision prise, j’ai aussitôt commandé deux menus et suis sorti apporter un de mes menus  à ces deux personnes à peine plus âgées que moi. Surpris de me voir revenir avec deux poches de nourriture, ils m’invitèrent à m’assoir auprès d’eux pour manger.

Sans même réfléchir j’acceptais et appris à découvrir deux personnes très intéressantes dont l’un était issu de l’école des beaux arts et l’autre étudiante dont la situation familiale s’était dégradée, la poussant à prendre son envol. Ce fut un agréable moment, qui resta dans un coin de ma tête.

Partager son pain...

Partager son pain…

Il y a quelques jours, mon passage sur Paris m’a amené à recroiser l’un d’entre eux. M’ayant reconnu la compagne m’interpella pour me saluer et me demander quelques nouvelles. La voyant seule j’ai eu peur au départ qu’il soit arrivé quelque chose à son compagnon, mais rien de cela. Elle m’annonça qu’il avait un entretien pour animer des ateliers de peinture pour enfants et qu’elle avait également eu un entretien positif pour travailler dans un fastfood le temps de trouver mieux.

Heureux de leur nouvelle situation elle me remercia du moment de partage que nous avions eu, m’avouant que ce jour leur avait apparemment réchauffé le cœur. Ma vision des choses, de la vie leur avait beaucoup plus et elle conclut en me souhaitant bonne continuation me présageant un bel avenir devant moi.

Fruit du hasard, signe du destin, je ne suis pas vraiment du style à croire que les lignes soient tracées, mais une chose est sûre, c’est que chaque gestes que l’on fait, que l’on partage, à chaque seconde, chaque instant, seront les fruits de notre lendemain….

"On ne jouit bien que de ce qu’on partage", Madame de Genlis

« On ne jouit bien que de ce qu’on partage », Madame de Genlis

Publicités

8 réflexions sur “On ne jouit bien que de ce qu’on partage

  1. quelqu’un a ecrit : »il ya une certaine honte à être heureux a la vue de certaines misères ». L’échange peut se faire par la générosité de la parôle, effectivement vous avez raison , partager figure parmi les plus beaux geste humain au monde . Merci pour l’eveil AKLI

    • Bonjour Akli,

      Merci pour votre lecture et cette citation qui correspond tout à fait au sujte. L’échange par la parole, la découverte des autres, l’enrichissement mutuel, est ce qui me semble un des fondements de notre avenir et de notre progression personnelle mais aussi collective :-).

      Bonne soirée,
      Alex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s