Vivre pour mourir, appréhender la mort pour vivre…

Les évènements récents alliant la disparition d’un des géants de l’Aïkido et la possible disparition future de proches, raisonnent  depuis quelques jours dans ma tête. Alors je décide de prendre ma plume pour écrire les quelques pensées qui me viennent à l’esprit. Je ne sais pas combien de temps je mettrais à écrire ce post, à mettre mes idées en ordre, peut être quelques minutes, peut être quelques  heure. Je ne sais pas quel en sera le résultat mais je ressens cette envie d’écrire… Pulsion du moment, envie passagère, celles -ci nous permettent parfois d’évacuer un surplus de stress, de pensées, d’énergie.

plume-et-encre

Assis dans mon 38m², seul dans la pénombre, des idées viennent, repartent, se bousculent formant un tout symphonique alliant mouvement rapide, lent,  emportant sur leurs passages quelques doutes pour en semer de nouveaux.

La question de la vie et de la mort à toujours fasciné l’homme. Qu’il l’admire, qu’il la craigne, qu’il l’ignore, celle ci fait bel et bien partie de son existence et de ses préoccupations.

Je suis tombé par hasard hier sur un site qui recense et donne en temps réel  le nombre de décès, naissances, et autres, par minute dans le monde.

philo-monde-soi

Pendant que je suis en train d’écrire,  1,9 décès à lieu chaque seconde sur terre, soit 158 857 décès par jour dont un peu plus d’un décès chaque minute en France. Je m’imagine la détresse que ressentent leurs proches. Pour certains la mort abrégera les souffrances d’une longue maladie, pour d’autre elle viendra les cueillir à un moment inopportun, en pleine force de l’âge.

A l’inverse, 353 015 naissances dans le monde ont lieu chaque jour soit  254 par minute dont 4 naissances  à cet instant. Parmi eux combien sont désirés ? Combien donneront un sens à leur existence ? Qu’est-ce que donner un sens à sa vie ? Qu’est-ce que vivre pleinement?

Moment de joie pour certains, moment de peine pour d’autres, la vie semble s’écouler comme un cycle se répétant indéfiniment pour se renouveler. Je me demande alors qu’est-ce qui différencie toutes ces vies les unes des autres ?

 Le temps…

Certains ne feront qu’un passage éclair sur terre, à peine nés ils finiront quelques minutes plus tard par rejoindre l’autre monde, d’autres y resteront un peu plus longtemps mais à quel prix ? Vivre pour mourir ?

Maintenant, la question qui me traverse l’esprit est : que fait-on du temps qui nous est imparti ?

gestion-du-temps1

Un nombre important de personne laisse leur vie s’écouler sans forcément penser à la mort. Alors qu’aujourd’hui pourrait être notre dernier jour, peu d’entre nous se posent des questions sur ce qu’il aimerait réaliser avant de partir ? Ce qu’il aimerait devenir avant de quitter le monde des vivants ?

On repousse alors nos objectifs au lendemain en pensant que nous avons le temps, on se soucie parfois de détails qui n’ont que peu d’importance face aux questions de vie et de mort. Si l’on regarde derrière nous, on se dit parfois que l’on aurait pu faire tant de chose, mais au final on ne s’est jamais vraiment donné les moyens de les accomplir. Les gens se plaignent souvent de la vie, de ce qui leur arrive, mais ils ne cherchent pas forcément à changer. Et pourtant le changement est souvent la clé de l’évolution.

changement

A l’inverse certains d’entre nous partent du principe que l’on doit tous quitter ce monde et par conséquent ne font pas de projet. Pour eux, il leur semble parfois inutile d’en faire si tout doit s’arrêter demain. Mais l’important est-il vraiment d’y arriver ? N’est-il pas plus important de tendre vers cet idéal, ces envies que nous avons au fond de nous même, même si le temps ne nous permet pas de finaliser tout cela ? N’est-il pas plus important de tendre vers nos désirs pour avancer, afin de progresser et n’avoir aucun regret ?

La peur est une question existentielle qui nous renvoie généralement vers nous même et nos propres limites, souvent fixées par notre inconscient.

Que vaut réellement la crainte de ne pas réussir face à l’idée de la mort ? A-t-on vraiment quelque chose à perdre sachant que la fin viendra pour tous ?

«La seule chose qui puisse empêcher un rêve d’aboutir, c’est la peur d’échouer», Paulo Coelho

Au final ne pas penser à la mort ou la craindre c’est déjà avoir un pied dans la tombe. Puisque l’on ne peut avoir peur de ce qui arrivera fatalement à chacun d’entre nous, je pense que la meilleure façon d’avancer est d’avoir dans un coin de sa tête cette échéance qui viendra nous cueillir au moment où on ne s’y attendra pas. Appréhender l’idée de la mort et l’accepter est peut être le prémices de la vie.

«Il y a ceux qui ont peur de la vie et ceux qui on peur de la mort. En fait ce sont les mêmes…», François Morel

Le chemin plutôt que la finalité

Saisir sa chance, construire les choses de façon à s’accomplir et se réaliser. Peut importe que nous ayons le temps ou pas, c’est la démarche que je trouve intéressante car elle fait de nous ce que nous serons demain.

Noro-Masamichi-008

Noro Masamichi Senseï

Après le temps, la seule chose qui nous différencie les uns des autres face à la mort, c’est ce que nous serons et aurons construit avant de partir. Peut-être que le temps ne nous permettra pas d’aller au bout de nos désirs mais je pense qu’il vaut le coup de tenter l’aventure. Combien d’hommes lancés dans une aventure sans fin sont partis sans aller au bout du chemin mais s’en sont sortis grandi avant leur dernier souffle. J’ai le sentiment que cette construction, même inachevée, n’en sera que plus bénéfique.

Je reste intimement convaincu qu’en tendant vers nos envies chaque jour, chaque instant, progressivement, c’est le meilleur moyen de n’avoir aucun regret et de partir le cœur éveillé le moment venu. Le plaisir c’est de pouvoir se dire peu importe quand mon tour viendra car chaque jour, chaque seconde j’aurais opté pour atteindre les sommets, pour changer et grandir.

20130314_1243488

Gravir les sommets

Au final la fin n’est peut être pas le plus important, c’est peut être le chemin parcouru qui importe.

« Ne crains pas d’avancer lentement, crains seulement de t’arrêter », proverbe chinois

Voilà, cela fait maintenant 2h que j’ai commencé à écrire… Durant ce laps de temps 13680 personnes seront décédées, dont 120 en France et 30480 nouveaux nés auront vu le jour. Parmi eux combien ont choisi ou choisiront entre vivre pour mourir et appréhender la mort pour vivre ?

Publicités

8 réflexions sur “Vivre pour mourir, appréhender la mort pour vivre…

  1. Konbanwa Alex,

    Très profond et proche de ce que je ressens, surtout après avoir eu le temps de me pencher sérieusement sur ce problème lors de mon hospitalisation! C’ est une des raison qui fait que je m’ adonne encore plus à l’ étude, la pratique et la recherche dans les Budo Bu Jutsu mais aussi à transmettre ce que j’ ai plus ou moins bien compris pour que quelqu’un puisse continuer le chemin bien plus loin que j’ aurais pu aller. On a tous un rôle à jouer lors de notre existence qui se fond dans un tout universel. Reste à savoir lequel et si nous ne nous sommes pas trompés de voie! Mais est-ce que l’ on s’ est vraiment trompé?
    Mata ne.
    Dureisseix Jean Luc

    • Konbanwa Jean Luc,

      Je ne crois pas qu’il y est de mauvais chemin si celui-ci nous aide à grandir, nous épanouit et qu’il ne porte pas préjudice à autrui. Le tout, est certainement le plus difficile à notre époque, est de trouver sa propre voie.

      Mata ne!
      Alex

    • Salut Philippe,

      Nos actes dépendent tellement de nos craintes, nos peurs qu’il m’a semblé important d’aborder la question de la vie et de la mort 🙂

      A bientôt,
      Alex

    • Bonsoir Slevin,

      Les visuels ne sont pas de moi, je les trouve sur le net et les partages quand les auteurs sont ok 🙂 Je trouvais que les visuels collés bien au sujet. Merci pour la lecture.
      Bonne soirée,

      Alex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s