Yagyu Munenori: Sakki, l’art de ressentir la volonté d’attaque dirigée contre soi

L’histoire de l’humanité relate de faits et contes historiques louant les exploits d’hommes aux destins extraordinaires. Bien que ces récits subissent des déformations parfois exagérées, ils n’en restent pas moins le témoignage d’hommes ayant développé des capacités physiques, cognitives, sensorielles… hors du commun.

Représentation de Yagyu Munenori

Représentation de Yagyu Munenori

Parmi ces histoires, l’une d’entre elles a particulièrement retenu mon attention:

Un jour, alors que Yagyu Munenori était en train contempler des fleurs de cerisier dans un jardin, un serviteur armé d’un sabre, pensa en le regardant: « Bien que mon seigneur soit un grand maître de sabre, si je l’attaque par derrière alors que son attention est détournée, il ne pourra pas se défendre.  » Soudain Munenori observa l’environnement autour de lui et entra dans la maison pour s’asseoir. Il s’adossa à un poteau et y resta plusieurs heures sans dire un mot. Les serviteurs, inquiets de le voir ainsi, vinrent à sa rencontre. L’un d’entre eux osa lui demander: « depuis tout à l’heure votre humeur a changé, est ce que quelque chose vous tourmente? » Munénori répondit: » Je suis en train de penser à une chose que je ne comprends pas très bien. Après des années d’entrainement, lorsque des ennemis m’attaquent, je peux ressentir leur volonté de me tuer avant de combattre. Tout à l’heure, quand j’étais en train de regarder les cerisiers, j’ai ressenti le Sakki. J’ai regardé autour de moi, mais il n’y avait personne sauf mon serviteur, pas même un chien. Je n’ai trouvé personne qui puisse être un ennemi. Je pensais que c’était à cause d’une insuffisance de ma progression que j’ai ressenti cela. » A ce moment précis, le serviteur portant le sabre s’excusa: « En vérité, tout à l’heure, en vous regardant, j’ai eu la pensée qu’à cet instant je pourrais peut être vous tuer avec le sabre » Alors Munenori d’un air satisfait s’énonça: « bien, j’ai compris. »

Sakura: fleurs de cerisier

Sakura: fleurs de cerisier

Ressentir l’intention

Le Sakki est un terme Japonais désignant la capacité à ressentir la volonté d’attaque dirigée contre soi.

Élément instinctif chez la plupart des animaux, ressentir le danger est un élément qui semble s’être endormi au sein notre espèce. Nés dans une société où le danger au quotidien nous semble moins présent que dans un milieu hostile, il n’en reste pas moins des personnes qui développent cette sensibilité. Je pense notamment aux personnes possédant une déficience visuelle, dont la partie correspondant à la vision, au niveau du cerveau, cède sa place au développement de nouvelles capacités censées aider la personne au quotidien.

Une belle leçon de vie

J’ai toujours été un peu sceptique envers ce genre de phénomène, mais la rencontre avec une pratiquante non-voyante m’a fait revoir mon jugement. Pauline est une passionnée, dont beaucoup auront pu remarquer la sagesse et la soif d’apprendre qui émane d’elle. Alors que certains se lamentent régulièrement sur le tatami pour le moindre mécontentement, je n’ai jamais entendu Pauline se plaindre. Toujours souriante, à la sensibilité aiguisée, elle fait partie de ces pratiquants dont la force intérieure et la qualité de de travail sont une leçon de vie de chaque instant.

Pauline au stage de Léo Tamaki à Valencia, photo de Shizuka Tamaki

Pauline au stage de Léo Tamaki à Valencia. Photo de Shizuka Tamaki

La première fois où je l’ai rencontré, j’ai été tout d’abord étonné de la voir pratiquer un art où la vue pourrait au premier abord paraître indispensable. Mais je n’ai pu m’empêcher d’être touché par sa démarche.

J’avoue avoir été stupéfié par les capacités dont elle faisait preuve, notamment lors d’un exercice au sabre. Elle arrivait à se déplacer au moment même où son adversaire l’attaquait!

Après lui avoir demandé un soir à l’entrainement, elle m’avouait qu’au départ elle utilisait les sons, ainsi que les vibrations des déplacements adverses . Mais à long terme, quelque chose en elle de différent lui indiquait le départ de l’attaque. Elle ressentait sa volonté d’attaquer…

Merci Pauline pour la leçon 🙂

Pauline et Allen Pittman

Pauline et Allen Pittman. Photo de Shizuka Tamaki

8 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s