Extreme Climbing: souplesse et économie de mouvement

Extreme Climbing: Les femmes et le « sommet de la montagne »

L’escalade en solitaire est pour moi ce que l’on pourrait appeler l’étape ultime de cet art. Une pratique sans artifice, ne laissant pas de place à l’erreur. Comme dans toutes activités, seulement une poignée d’adeptes atteignent le plus haut niveau, leur permettant la réalisation et l’expression complète de leurs arts en dehors des sentiers battus.

Voici une vidéo présentant plusieurs grimpeurs reconnus, pratiquant ici ce que certains appellent « escalade extrême ». Ce style consiste à progresser seul sur des voies artificielles, rocheuses, ou encore des cascades de glace.

J’apprécie particulièrement cette vidéo car on peut y voir des femmes parcourant des parois vertigineuses, au même titre que les hommes (Steph Davis et Catherine Destivelle). En réalité, dans un milieu où certains pourraient voir en l’escalade une pratique masculine, il est trés fréquent de rencontrer des pratiquantes dans les clubs.

Melissa Griffith

Economie de mouvement et souplesse du déplacement au service de la perfomance

Au cours de mon cursus universitaire, j’ai eu l’occasion de pratiquer assez souvent l’escalade auprès de quelques experts. Je prends d’ailleurs toujours un grand plaisir à grimper dés que mon emploi du temps me le permet.

Session escalade dans le Lot

 

Comme dans toutes pratiques, les débuts sont toujours laborieux. Sollicitant essentiellement les muscles de la partie supérieure du corps pour se tracter sur les voies, on découvre petit à petit que grimper c’est surtout privilégier des postures économiques, où tout est affaire de placement ou presque…^^

Les femmes possédant moins de puissance musculaire, compensent généralement ce « manque », par une réelle réflexion sur l’économie du mouvement et deviennent généralement de meilleures techniciennes que les hommes.

Je vous propose une dernière vidéo, de Dan Osman , qui était un spécialiste de « l’escalade solo ». Malgré une faible qualité de l’image, on peut voir l’attitude qu’adopte le grimpeur. Une pose des appuis souple, accompagnée d’une attitude décontractée, à l’origine de mouvement fluide qui donne l’impression de voir un caméléon se déplacer et se fondre dans le décor.

Néanmoins, attention à ne pas confondre souplesse et mollesse… La chute risque d’être dure!!

Bien qu’un peu longue, je ne peux que vous conseiller de la voir en entier. Vous pourrez y découvrir l’escalade sur divers types de paroies (notamment les chutes d’eau à 4min23), découvrir la tyrolienne extrême ( à 5min28), mais également le saut pendulaire (saut dans le vide encordé à 6min22).

Une pratique au sommet de son art, où l’économie de mouvement, l’utilisation moindre de la force musculaire, la maîtrise et conscience du corps sont au rendez vous… Des principes qui rappellerons sans doutes à quelques uns d’entre vous, l’axe de travail et de recherche de certains Senseï 😉

Kuroda Senseï

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s